Brabant Wallon

La manche de Céroux a tenté de limiter au maximum le jetable, qui fait débat dans les pelotons

Depuis quelques semaines, le débat est de mise sur le Challenge du Brabant wallon. L’utilisation de gobelets jetables au ravitaillement dérange certains. Encore faut-il avoir des solutions pratiques, techniques et… le budget pour pouvoir envisager une alternative.

À Céroux, grâce à l’aide de la Ville de Genappe et du comité des fêtes local, des gobelets réutilisables ont été testés. Pour Patricia Moreau, organisatrice, c’est un succès.

Du côté des participants, le débat est parfois mitigé. "À voir, indique Stef Fallier . Il faut tenir compte du transport de ces gobelets vers un point x, savoir qui nettoie, quand et surtout comment. J’espère dans des normes d’hygiène et de sécurité. Et puis, quelle quantité d’eau utilisée pour laver ? Quel produit de nettoyage (respectueux de l’environnement ?) quid, du déversement des eaux usées, comment et où sont restockés ces gobelets… Parce qu’après ce geste, faut-il encore comprendre et s’assurer de la suite ! O.K. pour l’environnement… mais le coût final et les risques à l’hygiène alimentaire m’inquiètent d’autant plus."

À Céroux, un lave-vaisselle industriel a nettoyé une partie des gobelets (ceux de Genappe) mais pour les autres, contrat oblige, c’est une société industrielle qui s’en chargera.

Pour Hervé Noël , on félicite l’initiative des organisateurs.. "Néanmoins, j’ai été choqué après le deuxième ravitaillement quand la joggeuse devant moi a jeté son gobelet presque un kilomètre après celui-ci. Il faudrait des zones de ravitaillement avec des sanctions pour les gens qui ne les respectent pas. Mais petit à petit, on progresse."

Fabian Dandois aimerait que l’initiative soit refaite et même généralisée ! "C’est une très bonne idée. Je ne pense pas que de nombreux joggeurs vont rentrer chez eux avec un gobelet."

Pour ce qui est de la récupération des gobelets aux ravitaillements, Sophie Tumelaire a une idée. "Certains recupéraient efficacement les gobelets dans des tubes à la sortie de la zone ravito… Mais finalement, la solution ne serait-elle pas que chaque coureur coure avec son gobelet, sa gourde, son camelbag ? Trop simple ?"

Le débat reste entier !