Grand moment que celui vécu ce week-end par Michael Dehoux. À 33 ans, ce passionné de moto originaire de Court-Saint-Etienne est devenu champion de Belgique de pit bike, des motocross plus petites que les habituelles. Un moment d’autant plus magique qu’il s’agit du tout premier sacre national de sa carrière. "Je fais de la compétition depuis l’âge de six ans. Je me suis battu pendant quelques années pour le titre de champion de Belgique des nationaux mais j’ai à chaque fois terminé vice-champion. En 2019, je jouais le titre en pit bike. Malgré une fracture de la cheville, j’ai lutté jusqu’à la fin pour obtenir le titre. Mais le mauvais temps a forcé les organisateurs à annuler la finale et j’ai manqué ce titre pour six points. Ensuite, il y a eu le Covid", explique-t-il.

Le titre de champion de Belgique décroché ce week-end, est donc le résultat de nombreuses années de travail, de sacrifices et de passion. "Ce premier titre a une saveur particulière. Le décrocher après autant d’années de lutte, c’est un réel plaisir pour moi, mon entourage, mes parents qui sont derrière moi depuis toutes ces années, mon équipe et mes sponsors."

Au moment de coiffer les lauriers, l’émotion était grande sous le casque. "Ce n’est pas le haut niveau mais on s’est battu toute la saison pour l’obtenir. En Belgique, faute de circuits, on s’entraîne comme on peut. Du coup, obtenir une telle récompense est un soulagement."

Il y a aussi le plaisir d’être sur les circuits après une période Covid qui a privé les amateurs de la discipline de leur passion. "En 2020, on a vite compris qu’on ne roulerait plus. En 2021, nous avions des ambitions mais la saison était à chaque fois repoussée. Et puis début juillet, le championnat a enfin débuté."

Ce week-end, Michael Dehoux participera encore à la finale du championnat. Une manche pour du beurre puisque le titre est acquis. "Je vais pouvoir en profiter encore plus."

La moto, une passion dans laquelle le Brabançon baigne depuis tout petit. "Mon papa faisait du motocross et à un mois, j’étais déjà au bord d’un circuit. J’ai eu ma première moto à l’âgé de 4 ans et demi et à 6 ans j’étais en compétition. J’ai eu la chance de vivre de beaux moments, comme ces participations à des manches du championnat d’Europe."

2022 pourrait même rythmer avec compétition mondiale. "Si le Covid reste derrière nous, le championnat du monde de pit bike devrait signer son grand retour. Et je compte bien y participer, avec l’espoir d’y signer un bon résultat."