Récent champion de Belgique d’enduro, Jérémy Herinne gravit les échelons.
 

Pendant six jours, l’équipe belge de motocross a participé aux ISDE au Portugal, sorte de championnat du monde par nation. Une compétition par équipe d’enduro à laquelle le Brabançon wallon Jérémy Herinne a également participé. L’occasion de partir à la rencontre de celui qui a gravi les échelons ces dernières années mais qui avait déjà pris place sur une moto à un âge auquel la plupart des enfants roulent encore avec deux petites roues sur leur vélo. "J’ai commencé à l’âge de 3 ans et demi dans le jardin. Il y avait de la neige et mon papa avait tracé un petit circuit. Il y a eu beaucoup de chutes au début, du coup je n’étais pas trop fan et puis je me suis accroché. J’ai commencé les compétitions vers 10 ans. J’ai fait du cross jusqu’à mes 18 ans et puis j’ai découvert l’enduro, une discipline complète dans laquelle je m’épanouis", explique le Brabançon wallon.

Cette année, ce fut celle du passage de cap pour Jérémy Herinne. Pour la première fois, ayant fini ses études d’éducateur sociosportif, il a pu entièrement se consacrer à son sport et décrocher le titre de champion de Belgique d’enduro catégorie Inter E1 (250cc). "Il s’agit de mon tout premier titre en enduro, qui vient récompenser ma régularité tout au long de la saison. J’en suis d’autant plus satisfait car c’était l’objectif de la saison avec mon team Yamaha."

Un titre qui ouvre évidemment des portes pour la suite de sa carrière. "J’ai été contacté par deux autres marques mais normalement je reste chez Yamaha. Cet intérêt me fait plaisir mais je n’ai aucune raison de quitter mon équipe, avec laquelle je veux travailler sur le long terme."

Car Jérémy veut désormais briller sur la scène mondiale. "Ce titre de champion de Belgique m’ouvre les portes du championnat du monde. Ce sera une belle occasion de voir comment je me comporte sur la scène mondiale. C’est l’objectif de ma prochaine saison et je sais que je ne peux pas me louper. Si je dois franchir un cap, c’est maintenant que je dois le faire."

24 ans plus tard, la Belgique brille

La semaine dernière, c’est donc au Portugal, et au sein de l’équipe nationale belge, que Jérémy a roulé lors d’une compétition internationale réputée. Six jours de course faits de hauts et de bas. "C’était un peu timide lors du premier jour, le temps de se mettre dans le bain et s’acclimater à un type de terrain bien différent de celui qu’on connaît chez nous. Dans l’ensemble, je sors avec un sentiment mitigé de cette compétition. Il y a eu beaucoup d’erreurs et de chutes qui m’ont fait perdre beaucoup de temps mais à côté de ça, j’ai aussi de très bons chronos. Je dirais que la vitesse était là, c’est vraiment l’acclimatation à ce terrain qui a compliqué les choses. Mais je sais qu’en participant à plus de compétitions mondiales, plus longues qu’en Belgique, je pourrai m’améliorer à ce niveau", explique Jérémy Herinne.

Malgré tout, l’équipe belge est repartie avec un trophée du Portugal : le trophée Watling récompensant l’équipe ayant réussi la meilleure progression aux cours de ces six jours. "On repart avec la 10e place en équipe trophée et la 5e en équipe juniors. Mais il y a aussi ce trophée Watling qui récompense l’équipe qui s’est fait le plus remarquer de par sa progression tout au long de la compétition. C’est très positif, d’autant que la dernière fois que la Belgique avait remporté ce trophée, c’était en 1995 ! Tout le monde était très heureux de décrocher une telle récompense."