Ce samedi, autour de 21h00, une des deux équipes aura perdu son brevet d’invincibilité dans ce championnat qui vient à peine de reprendre ses droits. Outre qu’elle handicape les deux clubs sur la future scène européenne (par rapport aux adversaires français, roumain et espagnols qui ont repris plus tôt), cette interruption de deux mois n’est pas le seul paradoxe.

Avec son triptyque d’EuroCup à disputer dans la bulle de Valence (3 matchs les 19,21 et 22/01), Braine enchaînera en janvier une série totale de 7 rencontres. Malgré cette irrégularité forcée, Namuroises et Brainoises sont prêtes physiquement. Les professionnelles des noyaux ont respecté leur programme personnel de maintien en forme.

Les deux équipes se connaissent déjà bien pour s’être affrontées en amical fin septembre (62-62) et en scrimmage sans compter les points la semaine passée.

C’est le rythme et la faculté à gérer ces premiers efforts qui seront les arbitres du Clasico. Ce sera le troisième match en une semaine pour les dames de Jan Callewaert, passées par le chas de l’aiguille à Kangoeroes et faciles vainqueurs des Luxembourgeoises de Hueschtert pour atteindre l’EuroCup.

"Dans la philosophie que j’ai, les matchs qui viennent maintenant serviront de préparation aux échéances européennes. Même si on a un temps de retard sur les autres pays", confiait Fred Dusart après la balade de santé face à Waregem. Avec le départ de l’ailière Touré et l’arrivée de l’intérieure Alexander (très en vue face aux Flandriennes), le coach nordiste a dû repenser l’équilibre de son équipe. "Notre Française parlait peu mais était très écoutée. On doit tirer de cet épisode et de son départ une force et trouver les solutions au plan collectif. Les cartes sont redistribuées. C’est un peu un mal pour un bien. Lisowa et Kreslina auront un rôle plus en vue à l’aile. Brcaninovic au poste 3 et Kapenga au poste 4 également. Notre chance, c’est l’intégration rapide de notre Canadienne. Alexander est arrivée hyper-affûtée et s’est intégrée très rapidement. En 11 jours, elle était déjà acclimatée. Avec une autre joueuse, cela aurait mis deux ou trois fois plus de temps."

Derniers éléments sanitaires : tout le monde était safe dans les rangs brainois lors du contrôle de mardi. Un dernier testing avait lieu hier.