Quand il a voulu découvrir l’équitation à six ans, Nathan Budd pensait arriver dans un cirque puis devoir tourner en rond sur un poney pendant de longues minutes. Il est finalement tombé amoureux du saut d’obstacles et des chevaux.

Et ce coup de foudre le portera peut-être vers les Jeux Olympiques de Paris 2024. Le Nivellois de 28 ans est en progression constante depuis plusieurs années. En témoigne sa sixième place aux championnats de Belgique de jumping de Lanaken. "C’était ma première fois dans cette compétition", explique-t-il. "Au fil du week-end, nous nous sommes mis à rêver d’un podium. Mais j’ai fait une faute en deuxième manche de la finale. Je suis tout de même très content de la tournure des événements. Cashpaid, mon cheval que je monte depuis ses quatre ans, était en pleine forme. Ça fait longtemps qu’avec Grégory Wathelet et son équipe, nous travaillions pour l’amener vers les sommets."

Nathan Budd signe donc un magnifique résultat, dans la lignée de sa deuxième place au Paris Saut Hermès de 2018 À tel point qu’aujourd’hui, il vise les Jeux de 2024. "Ce cheval a tout pour être présent dans trois ans à Paris", confie celui qui vit de sa passion depuis ses 18 ans. "Avec un animal de cette ampleur et autant de charisme, on ne peut qu’envisager ce genre de rendez-vous. La route est encore longue. D’autant plus que la Belgique est un pays d’équitation avec beaucoup de concurrence. Mais j’en rêve et je vais me battre pour."

À Lanaken, Nathan Budd s’est senti rempli de fierté. La fierté d’avoir pu rendre la confiance que le propriétaire du cheval (Herik Durand du Haras des Rosiers à Nivelles) a placée en lui il y a quelques années. "Voilà dix ans que je suis dans ses installations. Il aurait pu donner Cashpaid à quelqu’un d’autre. Mais finalement, il a cru et investi en moi en me le confiant. J’ai directement pensé à lui après ma sixième place. Nous sommes sur le bon chemin", conclut-il.

Prochaine échéance d’envergure pour Nathan Budd (sous réserve COVID-19) : un concours international de saut cinq étoiles (le plus haut niveau de difficulté) à Lyon fin octobre.