Samedi, sous la pluie, les traileurs n’ont pas raté l’occasion de rallier le site des ruines de Villers-la-Ville pour le trail de l’Abbaye. Vu les mesures sanitaires, ils étaient limités à 800 participants, tous motivés par le rendez-vous.

Après avoir démarré au cœur des ruines, c’est la rue de l’Enfer, côte en pavés, qui donnait le ton avant de permettre aux traileurs de s’engouffrer dans le bois de Villers, et les bois voisins, qu’ils n’allaient quasiment plus jamais quitter.

Les départs étaient donnés par vague de 100 personnes, toutes les quinze minutes, permettant à chacun de débuter selon son souhait vis-à-vis des distanciations.

On retrouvait au départ, Nicolas Charloteaux, sur la distance de 17 kilomètres. Habitant Mellery, il courait à domicile. "Je courais en effet dans mon jardin et c’était super. Le terrain est assez technique pour une reprise, mais ça reste un super beau parcours dans les bois derrière chez moi. L’organisation a toujours été parfaite lors des précédentes éditions et c’était encore le cas cette année malgré les mesures Covid."

Courir à domicile, en compétition, quel effet cela fait-il ? "Je connais chaque pierre et racine par cœur, mais aussi la longueur de certaines côtes. C’est un sacré avantage. C’est pratique parce que c’est à côté, et le parcours est vraiment chouette. Donc les deux, ensemble, sont motivants."

Cette année, les conditions étaient assez difficiles avec la présence de la boue. "Il y en avait… partout ! J’ai vu des traileurs avec des baskets normales. C’était bien galère pour eux. Personnellement, je n’ai pas glissé une seule fois. Mais comme je connais bien le parcours, je sais qu’il peut être hyper-boueux s’il pleut."

Une édition dont le parcours était proposé en sens inverse par rapport à 2019. "En effet, ils avaient inversé le sens. je n’ai pas vraiment de préférence, si ce n’est pour une très longue montée prise dans le sens de la descente cette fois-ci. Elle m’a toujours fait mal les années précédentes."


>>> Les résultats