Lorsqu’il a réalisé la meilleure qualification de sa carrière en Superpole lors de la manche portugaise du World Superbike à Portimao, et qu’il est passé à un cheveu de marquer des points dans la première course, Loris Cresson était loin d’imaginer que la suite serait aussi catastrophique. "Le week-end au Portugal a vraiment bien commencé. Nous étions rapides et compétitifs dès le premier jour, mais nous avons ensuite été très déçus. Nous avons pris notre meilleure position de qualification et avons manqué de peu un autre résultat pour marquer des points, mais à partir de dimanche il n’y avait pas grand-chose à dire."

Il a en effet été sorti le dimanche et a dû se rendre à l’hôpital local. Une chute à haute vitesse aux conséquences désastreuses pour le pilote brainois. "Nous n’avons pas fait de tours lors du warm up sur le mouillé à cause d’un problème technique. Nous étions confiants tout de même pour vivre une bonne journée de course et terminer le week-end à Portimao de la meilleure des manières. Mais après un départ manqué, le gars derrière moi a touché mes roues à 200 km/h et je ne me souviens de rien."

"Je n’ai jamais manqué une course pour blessure"

Résultat des courses, Loris Cresson ne pourra pas s’aligner lors de la prochaine manche du championnat organisée en Argentine. Pire, il risque même de devoir faire l’impasse sur la finale du championnat en Indonésie. "Bien sûr, je ne suis pas heureux de manquer l’Argentine, mais honnêtement, c’est la bonne décision. J’ai toujours mal après cinq jours et c’est un long voyage pour potentiellement me faire dire non une fois sur place. Je peux à peine marcher, alors je ne peux même pas imaginer comment je pourrais rouler. Je n’ai jamais manqué une course à cause d’une blessure dont je me souvienne. Je souhaite le meilleur à l’équipe en Argentine, et j’espère vraiment que je pourrai être de retour sur la piste en Indonésie."