Dans les rangs brainois, la frustration était grande après le revers samedi soir à Jette au 4e tour de la Coupe de Belgique (2-0). Une frustration à l’image de la tension qui accompagnait les acteurs de la rencontre jusqu’aux vestiaires.

“No comment”,
rétorquait Thierry Blindenbergh qui préférait ne pas commenter cette tension d’après match. “Je crois qu’on peut mettre le maillot de Vits directement dans la garde-robe, il est sec puisqu’il n’a pas eu de travail. Sur ce premier but, Ruiz croque complètement son tir et le ballon atterrit par chance dans les pieds d’un autre joueur. De notre côté, on a une kyrielle d’occasions, on a fait le jeu, on n’a plus vu Jette après la 20e, hormis un grand Clepkens dans les buts. Notre élimination n’est pas méritée, ce n’est pas la meilleure équipe qui a gagné, à tel point qu’on se demande laquelle des deux évolue en D2”, fulminait le coach brainois dans un style qu'on lui connait. 

Et d’ajouter: “Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs, je suis très fier d’eux. Ils ont été costauds, c’est juste dommage de ne pas avoir inscrit ce but.”