L’athlète de Coaching zone Waterloo et du TTB a brillé pour son premier full Ironman à 20 ans. Il est second de sa catégorie et 8e non professionnel!


Un Ironman à 20 ans, c'est l'expérience que vient de vivre Thomas Vanhalst, du Coaching zone team Waterloo, affilié au TTB de Braine-l'Alleud, en prenant part à l'Ironman de Cozumel (Mexique). Et quelle expérience puisque, pour une première, Thomas Vanhalst a terminé second de sa catégorie 18-24 ans, et 8e non professionnel!

Une sacrée performance pour un garçon sur qui le sort s'acharne pourtant. Un accident en janvier à Lanzarote a mis le résident de Hoeilaart sur la touche durant trois mois (clavicule et genou touchés), sans parler de la periostite qui l'empêche de s'entraîner correctement à la course à pied. Alors, pour se faire plaisir, après une saison difficile, il s'est dit, pourquoi pas tenter l'Ironman... "Mon papa l'a déjà fait. Je me suis inscrit, sans pression, mais ce n'était pas pour le fun car j'aime bien faire les choses. »

© dr

Pas d'entraînement spécifique vu la situation du jeune homme qui, alors qu'en Belgique, tout le monde effectue une coupure, a continué à s'entraîner dans le froid. A Cozumel, le contraste était bien réel avec la chaleur et l'humidité. Une semaine sur place avant la course a permis à Thomas Vanhalst d'être acclimaté. Restait donc à assurer le jour J.

"Je l'ai fait au mental"

"La natation s'est bien passée. En mer, tu nages en voyant les poissons dans l'eau turquoise. Pas de combi vu la chaleur de l'eau, j'ai bien aimé." Puis, il a fallu enfiler 182 km à vélo, discipline qu'il apprécie particulièrement. "On faisait trois fois le tour de l'île. Il faisait très chaud. J'ai utilisé les ravitaillements tous les 15 kilomètres, en veillant même à m'arrêter au second et troisième tour pour prendre les bidons sur la table car les bénévoles n'arrivaient pas à suivre. Mais ces 30 secondes de perdues à chaque fois valaient la peine pour ne pas être déshydrater!"

Restait le marathon, une découverte pour Thomas Vanhalst, sous 30°, avec un bitume surchauffé. "On avait trois aller/retour avec un ravito tous les kilomètres. Cela me paraissait... très long! Là, on avait beaucoup et des glaçons également. Je l'ai fait au mental car physiquement, c'était difficile. J'ai d'ailleurs craqué complètement sur la seconde partie du marathon."

Avec 9h03 comme chrono pour un premier full Ironman, la prestation de Thomas Vanhalst n'est pas passée inaperçue. Pas de slot pour Hawaï cependant car le vainqueur, un Allemand, a saisi l'occasion. "Ce n'était pas un objectif, et c'est probablement mieux ainsi pour que je poursuive ma carrière sereinement. Cozumel, c'est un bonus avec beaucoup d'expérience sur cette distance. Maintenant, je peux me concentrer sur des 70.3 l'an prochain, mais aussi des sprints sans drafting. Je suis confiant puisque, avec mon souci de periostite en passe d'être régler, je vais pouvoir m'entraîner en course à pieds comme il se doit.