Un dernier quart ébouriffant (4-23) met les Castors sur la route d’un second succès en EuroLeague.

Quelques jours après une prestation catastrophique en championnat à Kangoeroes et avant un triptyque costaud sur la scène européenne pour clôturer 2019 (Cukurova, Prague et Ekaterinbourg), les Castors n’ignoraient pas l’importance de ce déplacement en Vénétie. Un résultat était d’autant plus attendu que, quelques heures avant, les Lettonnes de Riga (8es et dernières) étaient venues à bout du leader Ekaterinbourg (89-81).

Par le biais d’un dernier quart à sens unique (4-23) et d’un tempo défensif qui aura éteint progressivement les velléités transalpines, les Castors ont magistralement répondu aux attentes. Leur volonté de bien faire en première mi-temps avait été manifeste mais Braine s’était montré trop attentiste sur les tirs à distance (6x3) des Italiennes. Comme Steinberga (9 points à la pause) et l’autre intérieure Petronyte (11 unités) avaient remporté la majorité de leurs duels, la courte avance de Venise - obtenue sur un 3+1 de Steinberga - était logique au repos : 42-39.

Dans un match où les arbitres laissaient énormément jouer, les Brabançonnes se montraient encore plus agressives à la reprise. Une contagion qui ne se marquait pas en attaque, le prix à payer pour la grosse débauche d’énergie effectuée à l’arrière. Dans le dur à 51-44 (28e), les Castors et Handy (3x3) changeaient le cours de la rencontre en cinq minutes avec un 3-18 (54-62 ; 33e). Elle avait mis du temps à se dessiner mais la victoire ne souffrait aucune contestation : 58-75.