Ce samedi, près de 200 jeunes se sont succédé tout au long de la journée sur le terrain du RC Villers-la-Ville, transformé pour l’occasion en plateau géant composé de six ateliers.

Le but de la journée: permettre à chaque bulle de jeunes d’enchaîner chaque atelier, à raison de 12 minutes par atelier et ce, des catégories U6 à U17.

"On voulait proposer six ateliers différents. Il y en avait des matchs, de la technique, de la finition, de la coordination, de la tactiques et même du Kick Power, une activité proposée par des personnes de Villers qui sont actuellement à l’arrêt", explique Rodolphe Moureaux, le Responsable Technique de la Formation des Jeunes du RC Villers-la-Ville.

© Sterpigny

Par créneau horaire, six bulles de dix maximum, soit un total de 60 jeunes maximum, étaient en même temps sur le terrain. En étalant cela sur l’ensemble de la journée, la quasi-totalité des jeunes du club a donc pu participer à ce plateau géant, tout en respectant les mesures sanitaires en vigueur. "Nous comptons 220 jeunes des U6 aux U17 au sein du club, près de 200 ont répondu positivement à notre organisation, preuve que les jeunes en ont besoin."

Dans cette période si particulière, il était important que tous les jeunes soient concernés. "J’ai demandé aux formateurs d’adapter les exercices en fonction des catégories d’âge. Mais par cette organisation, nous voulions surtout mettre quelque chose en place pour nos jeunes des U14 aux U17 qui ont été privés de football et de plein d’autres activités dans leur vie au quotidien."

© Sterpigny

En voyant l’enthousiasme des enfants mais aussi la présence de quelques parents aux abords du terrain, on a senti que cette journée était psychologiquement importante pour beaucoup de monde. "C’était important pour les jeunes mais aussi pour les formateurs et les parents. Voir les enfants bouger, sortir de chez eux, ça fait du bien à tout le monde."


Le covid a eu… un effet positif à Villers

Difficile de parler d’effets positifs lorsqu’on évoque le covid. Et pourtant, à Villers-la-Ville, cette période a pu être mise à profit. “Si l’on doit retirer du positif de cette période, c’est qu’elle nous a permis de mettre en place ce format d’ateliers en plateau plus rapidement. C’est un projet que nous avions en tête depuis un petit temps et l’obligation de fonctionner par bulles nous a permis de mettre en place ce projet qui permet aux enfants de passer d’un atelier à l’autre, de faire différents exercices, tout en respectant la notion de bulles”, précise Rodolphe Moureaux.

Un concept aussi bien accueilli par les enfants que les formateurs. “C’est l’occasion de ne pas être toujours avec le même formateur et donc d’élever le niveau avec des formateurs qui se consacrent à un exercice et plus à une équipe. Cela permet notamment d’améliorer chaque exercice.”