Mohamed El Marcouchi a ouvert sa salle en janvier: "Cette salle, c’est l’école de la vie"

Mohamed El Marcouchi a ouvert sa salle au mois de janvier.

Mohamed El Marcouchi a ouvert sa salle en janvier: "Cette salle, c’est l’école de la vie"
©sterpigny

En janvier dernier, Mohamed El Marcouchi a ouvert sa salle de boxe au n° 40 du boulevard d'Anvers, à la sortie de la station de métro Yser, dans un endroit dénommé Capital. Un grand espace de partage et de rencontres où sont également présentes des entreprises et des ASBL. Un lieu d'échange où la boxe a naturellement trouvé sa place. "J'ai eu la chance de tomber sur ce bâtiment. C'est un bel endroit, dans un beau quartier, où il y a pas mal de diversité. C'est un endroit pour montrer notre art et le transmettre à ces jeunes, leur montrer que la boxe ce n'est pas que frapper dans un sac ou se frapper dessus, mais que c'est aussi les vraies valeurs de la vie", explique le boxeur molenbeekois.

Un projet qui lui tenait à cœur. "C'est un projet sur lequel j'ai travaillé durant de longues années et que je suis heureux de présenter à chaque personne qui passe la porte. Un projet qui va bien au-delà de la boxe, un lieu d'échange où tout le monde trouve sa place. J'ai mis du temps mais c'est mieux d'aller doucement et sûrement que de ne jamais voir ce projet se réaliser. J'ai eu la chance d'être là au bon moment au bon endroit, notamment lorsque j'ai pu rencontrer Nawal Ben Hamou qui a pu m'aider dans l'obtention du matériel."

Mohamed El Marcouchi a ouvert sa salle en janvier: "Cette salle, c’est l’école de la vie"
©sterpigny


Aujourd'hui, les cours sont quotidiens. "Il y a trois cours différents. Ceux de Nourredine le lundi, mercredi et vendredi avec une trentaine de jeunes venus des Marolles. Il y a mon cours le mardi, mercredi et samedi qui rassemble une vingtaine de boxeurs. Et puis il y a le cours des femmes le mardi et le jeudi."

Une salle au sein de laquelle Mohamed El Marcouchi a installé sa philosophie. "La diversité, le challenge mais aussi l'entraide. Malheureusement, beaucoup de jeunes n'arrivent pas à se développer dans leur vie, ne savent pas ce qu'ils vont faire après leurs études. Mais en intégrant un bâtiment comme celui dans lequel nous sommes, ils ont l'occasion de voir d'autres choses, de découvrir d'autres options. Cette salle, c'est l'école de la vie. Le savoir-vivre ensemble est un point primordial pour moi. Les gens doivent apprendre à se connaître et grâce au sport, tout le monde se retrouve sur un pied d'égalité."

Mohamed El Marcouchi a ouvert sa salle en janvier: "Cette salle, c’est l’école de la vie"
©sterpigny


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be