Les athlètes et les entraîneurs de l’Excelsior vont devoir s’adapter

Les travaux entamés au stade Roi Baudouin contraignent les membres du club local à trouver des alternatives.

Laurent Monbaillu
La rénovation du stade Roi Baudouin a démarré ce mardi 10 janvier.
La rénovation du stade Roi Baudouin a démarré ce mardi 10 janvier. ©DR

Depuis le début de cette semaine, les engins de chantier se sont mis en action sur la piste du stade Roi Baudouin. Très attendus, les travaux de rénovation de l’enceinte et de renouvellement du revêtement ont pour effet (largement anticipé) de contraindre les 700 membres actifs du club d’athlétisme local, le Royal Excelsior Brussels SC, à s’adapter à ce nouveau contexte.

”Ne nous y trompons pas : le démarrage des travaux est une très grande satisfaction pour nous dans la mesure où la piste était pour ainsi dire morte et posait un certain nombre de problèmes, à la fois physiques et de fonctionnement, et dans la mesure aussi où nous allons disposer d’un très bel outil lorsque tout sera prêt”, explique le directeur sportif du club, Bruno Schroeven. “Il serait donc maladroit de se plaindre. Mais, en attendant, il est clair que cette période de travaux entraîne un déménagement pour une bonne partie de nos membres. Et pour certains d’entre eux, il est parfois très compliqué de se déplacer, surtout de manière écoresponsable, donc la situation n’est pas simple.”

Si le stade Victor Boin, dédié traditionnellement aux enfants de l’école d’athlétisme, accueillera un peu plus de monde que d’habitude dans les prochains mois, l’Excelsior a aussi dû trouver d’autres solutions de repli, quitte à mettre la main à la poche, et se tourner vers d’autres clubs, et différentes communes, acceptant d’accueillir temporairement des membres extérieurs dans leurs installations.

”Nous avons, par exemple, déjà conclu un accord avec le club de Vilvorde qui, moyennant rétribution, autorise l’accès à leur stade à nos membres. Mais nous envisageons également d’autres solutions comme Woluwe Saint-Lambert ou Molenbeek. Nos athlètes ont des échéances à préparer et nous mettons tout en œuvre pour qu’ils soient perturbés le moins possible. Comme nous nous organisons en conséquence, on ne parle en tout cas pas de saison de transition pour nos cadres. Les cadets et les scolaires, eux, connaîtront peut-être davantage de difficultés car ils sont plus impactés.”

Bruno Schroeven
Bruno Schroeven, directeur sportif de l'Excelsior Bruxelles. ©RESC

Au niveau calendrier, les travaux au stade Roi Baudouin devraient s’étendre jusqu’à la fin du mois d’avril selon un scénario idéal. “Lors des discussions menées fin novembre, nous avions posé des dates de compétition qui, je l’espère, seront respectées”, reprend Bruno Schroeven. “Avec, en tête de liste, le Grand Prix Mingels fin avril mais aussi les premiers Intercubs mixtes, au mois de mai, où l’Excelsior visera évidemment le titre !”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be