Bruxelles Le club bruxellois est soumis à des changements internes concernant les jeunes et la P3.

Lors de la défunte saison, Didier Wittebole aura tiré le meilleur de son groupe en terminant à une belle 4e place en P2. Mais pas question de ne pas atteindre le podium d’ici un an. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le principal intéressé lors de la présentation de son groupe pour la saison 2019-2020 ce mardi.

"On a fait une très belle saison et nous avons renforcé l’équipe là où il y a quelques manquements. Je suis très fier de travailler avec un groupe pareil. Tout le monde est concerné par le projet et nous formons une vraie famille. La preuve est qu’aucun joueur n’a voulu partir. Nous repartirons tous ensemble, avec cinq nouveaux, pour un objectif de top 3."

Mais ce ne fut pas une saison de rêve pour tout le monde… Le contraste marquant entre la P2 et la P3 aura tout de même touché à l’image d’Auderghem. Car, à l’échelon inférieur, la P3 termine l’année à la dernière place, 7 points, pour aucune victoire (en 24 matchs) ! Un constat négatif lié à un noyau composé de pommes pourries. "Ce ne sera plus jamais pareil. C’est fini, les touristes dans un vestiaire (sic) . On a nettoyé cela au Kärcher, comme le disait Nicolas Sarkozy à l’époque", racontait Marcel Lecocq, le coach de l’équipe B auderghemoise.

Une grande partie du noyau B a donc été remaniée et la prochaine saison devrait servir de tremplin pour plusieurs jeunes (principalement U19), auxquels le club attache énormément d’importance. "L’objectif est d’intégrer au moins trois jeunes en P3 afin qu’ils puissent s’aguerrir pour plus tard. Nous plaçons beaucoup d’importance en nos jeunes. Nous allons d’ailleurs essayer de calquer le même schéma de jeu de la première pour nos équipes d’âge" , poursuivait Marcel Lecocq.

Les jeunes auront également le droit d’évoluer un cran plus haut, en Iris Élite, où ils se confronteront aux meilleures équipes de la capitale ! Cela est directement lié à la récente obtention du label 2 étoiles délivré par l’ACFF. "C’est formidable, cela sera plus difficile pour nos jeunes, mais ils apprendront énormément dans ces séries de grande qualité."

Beaucoup d’attentes sont donc observées à Auderghem, où un relifting a été effectué pour préparer sereinement l’avenir…

“L’Iris Elite ? Une belle vitrine pour le club”

 Le club a appris il y a peu que ses jeunes évolueront un cran plus haut lors du prochain exercice 2019-2020. “Cela a provoqué pas mal de jalousie et de mépris d’autres formations bruxelloises. Mais vaut mieux être dans la position du jalousé que du jaloux”, expliquait Didier Wittebole.

Il est vrai que jouer en Iris Elite est un véritable atout pour les clubs formateurs. “C’est une belle vitrine pour nous ! Nous aurons plus de pouvoir à l’avenir pour garder nos jeunes prometteurs et pour intégrer d’autres talents dans les différents noyaux. Cette année, les équipes d’U6 à U13 ont très bien fonctionné. Le challenge sera de guider correctement les équipes des catégories supérieures et parvenir à faire des résultats probants d’ici quelques mois”, concluait de son côté Marcel Lecocq.