Le fait de rendre le Covid Safe Ticket obligatoire dès vendredi dans les infrastructures sportives bruxelloises risque de perturber les compétitions.

Dès ce vendredi 15 octobre, dans toute la Région de Bruxelles Capitale, le Covid Safe Ticket sera obligatoire pour les + de 16 ans qui veulent accéder aux infrastructures sportives, à l’exception des organisateurs, bénévoles et personnel. Ce sera aussi le cas en Wallonie mais quinze jours plus tard. «C’est ce qui est sur la table mais il faut encore que le texte soit publié au moniteur pour qu’il devienne officiel», indique Serge Mathonet, directeur à l’AISF (Association Interfédérale du Sport Francophone) qui représente une septantaine de fédérations reconnues par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le problème est que la mesure devrait entrer en vigueur dès ce vendredi à Bruxelles et que le timing est serré pour que les clubs puissent prendre leurs dispositions. «La grande question sera de savoir quelle sera l’attitude des clubs. Il y a des inquiétudes sportives pour savoir s’il sera possible d’aligner des équipes complètes au niveau des sports collectifs alors que pour les clubs qui reçoivent, qui aura la responsabilité de contrôler les cartes d’identité des visiteurs? Et puis, qui fait partie du personnel ou des organisateurs? L’arbitre doit-il être considéré comme organisateur d’une rencontre? Les interrogations sont nombreuses.»

Autre débat: la façon dont les contrôles devront se dérouler. Par qui et pour qui «car si la règle concerne les + de 16 ans, qui va vérifier la carte d’identité de la personne concernée en cas de doute. Une enquête auprès des gestionnaires des centres sportifs renseigne qu’un coût variant entre 10 000 et 12 000 euros pourrait intervenir dans ce domaine. Et à tout ça s’ajoute la problématique des buvettes.»

Un texte officiel est attendu dans les prochaines heures et à l’heure actuelle, impossible de dire si un match de football entre les U 17 du BW Bruxelles et du RCS Brainois pourra se dérouler normalement alors que, dans l’autre sens, ce même match disputé à Braine-l’Alleud pourrait avoir lieu. «Ici aussi, on a besoin d’uniformité entre Bruxelles et la Wallonie», termine Serge Mathonet.

Aux clubs à prendre leurs dispositions

Marc Roossens est secrétaire du CP Brabant. «On n’a encore reçu aucune directive ni protocole officiel, je ne sais rien communiquer à nos clubs, mais on savait que le Covid Safe ticket finirait par être imposé partout et c’est aux clubs à prendre leurs dispositions afin que leurs membres et supporters se fassent vacciner ou tester.»

Une certitude: il n’y aura pas de remise générale ce week-end, ce qui aurait permis aux choses de se mettre en place. «Ce ne serait pas logique de décréter des remises en fonction d’un texte de loi. Par contre, on devra agir au cas par cas et constater les dégâts après ce premier week-end.»

Si des remises individuelles sont demandées, «elles ne seront pas acceptées», prévient encore Marc Roosens, qui se pose tout de même la question: «Les textes ne sont pas encore sortis et on demande de les appliquer le 15 octobre. Où va-t-on?»

Avec un dernier conseil en passant: «Que tout le monde dispose de son Covid Safe ticket pour se rendre à une manifestation sportive.»