Aucune victoire, trois petites unités glanées en l’espace de 14 rencontres, une place de lanterne rouge et une situation extra-sportive interne explosive, Eric Jacques était arrivé au bout de ce qu’il pouvait donner à Stockel. Sa démission remise en ce début de semaine s’est imposée naturellement à l’entraîneur. La mort dans l’âme. "J’ai repris l’équipe au mois d’août, sans pouvoir la former. Je l’ai prise comme elle était, j’ai essayé de faire de mon mieux mais depuis le début, force est de constater qu’on a mis pas mal de bâtons dans les roues. Malgré tout, je suis resté, j’y ai cru, je me suis battu avec mon staff. La direction me faisait confiance, même si une autre partie de la direction a voulu nous évincer, je me devais de continuer à travailler pour ceux qui m’ont accordé leur confiance. Je ne me suis d’ailleurs jamais servi de cette excuse pour expliquer notre situation sportive, même si cette guerre était présente dans tous les esprits", débute Eric Jacques.

Chaque semaine, malgré les défaites, l’entraîneur voulait rester positif. "On a tout essayé, on a changé le système, on a changé les joueurs de position. Nos adversaires étaient séduits par notre jeu mais sans buteur, il était difficile d’obtenir des résultats."

Tous ces facteurs ont pesé sur le moral du coach, au point d’envahir ses pensées en permanence. "Je me réveillais pratiquement chaque nuit, je n’arrivais plus à dormir tant je pensais à cette situation. Ça a affecté ma vie privée mais aussi ma vie professionnelle, je ne parvenais plus à me concentrer au travail tant j’étais épuisé."

La défaite 0-7 contre Manage a été celle de trop, le déclencheur. "J’ai passé la nuit de dimanche à lundi dans mon salon, à retourner le problème dans tous les sens. Mais la décision d’arrêter s’imposait naturellement. Je l’ai communiquée le lundi à la direction et le mardi aux joueurs."

Le T2 prend le relais

Si le nom d’Amaury Toussaint circule depuis des semaines à Stockel, le président a confié l’intérim à Gloria Muntubila, le T2. Reste à savoir si ce sera définir ou pas.