Bruxelles

La cérémonie a eu lieu ce mercredi soir. Une table de ping en béton a même été installée dans les jardins du fair-play qui jouxte la salle du Logis.

Jean-Michel Saive a marqué la commune d’Auderghem lors de son passage au Logis. Sept années couronnées par quatre titres de champion de Belgique et cinq victoires en Coupe de Belgique. C’est aussi à Auderghem que le meilleur pongiste belge de tous les temps a tiré sa révérence, un soir de mai, dans une salle pleine à craquer.

C’est donc tout logiquement que les autorités communales d’Auderghem ont décidé de nommer Jean-Michel Saive citoyen d’honneur de la commune lors d'une cérémonie ce mercredi soir. "Jean-Michel Saive a marqué l’histoire du Logis et a fait rayonner la commune d’Auderghem dans toute la Belgique. Sa présence au Logis a fait beaucoup de bien à tout le monde", affirment les représentants du service des sports de la commune d’Auderghem.

© D.R.

Pour l’occasion, une table de ping en béton a été installée dans les jardins du fair-play qui jouxtent le centre sportif Willegems et inaugurée ce mercredi par Jean-Michel Saive. "Cela me touche beaucoup d’être fait citoyen d’honneur de la commune d’Auderghem, après l’avoir été de ma commune d’Ans en 1993. J’ai passé sept belles années au Logis avec ce qui restera le moment ultime de ma carrière et cette soirée du 9 mai. Un moment prenant, émouvant, exceptionnel, devant un public venu d’Auderghem et ailleurs", débute Jean-Mi.

© D.R.

Son passage à Auderghem fut aussi l’occasion d’étoffer son impressionnant palmarès. "J’ai vécu sept belles années et pour le club, ce fut sans doute la plus belle page de son histoire avec quatre titres de champion de Belgique et cinq victoires en Coupe de Belgique."

Un chapitre auderghemois bien plus beau qu’imaginé. "Quand j’ai rejoint le Logis, je ne pensais pas vivre autant d’émotions sur le plan sportif, surtout après avoir passé 22 ans à Charleroi. Je n’oublierai jamais l’engouement de ce public et surtout ce kop, jusqu’à cette dernière soirée qui restera gravée dans les mémoires."

© D.R.