Entre la satisfaction et le soulagement, Julien Carraggi avait encore un peu de mal à exprimer son état d’esprit, ce lundi matin, au lendemain de son premier titre national seniors.

"Après une finale, en 2018, perdue contre Yuhan Tan et trois demies, dont 2019 face à Elias Bracke, me voilà enfin champion de Belgique !" lance le Bruxellois de 21 ans. "Alors oui, je suis à la fois content et soulagé car ce sacre récompense des années d’investissement et je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé, ma famille et mon coach, Wouter Claes. Ils croient beaucoup en moi."

Tête de série n°3 de la compétition, Julien a été exempté du premier tour avant d’écarter successivement Olivier De Nieuport, Charles Fouyn, Elias Bracke pour disputer la finale contre Frédéric Gaspard, 37 ans, le… DT francophone, lequel était évidemment tout heureux de se retrouver à pareille fête.

"J’ai été surpris, mais content pour lui car Frédéric a réussi une sacrée performance pour en arriver là. Tout le monde s’attendait à retrouver Maxime Moreels, le n°1 belge, en finale. Mais celui-ci a déclaré forfait après le tirage au sort. Conséquence : ma demie face à Elias Bracke, tête de série n°2, était en quelque sorte une finale avant la lettre. Et j’y ai pris ma revanche d’il y a deux ans en m’imposant sur le score de 21-18, 21-16."

Dix ans après son premier titre en classe d’âge (-11 ans), Julien Carraggi est donc monté sur la première marche du podium seniors, tout comme Lianne Tan, pour la… 12e fois !

"J’espère que, pour moi aussi, c’est le début d’une longue série ! C’est, en tout cas, mon ambition sur le plan national, à côté de celle qui m’anime au niveau international."

Médaillé de bronze aux JOJ 2018, à Buenos Aires, Julien rêve des Jeux de Paris, en 2024. Mais, pour y parvenir, il doit accumuler des victoires aux quatre coins du monde et des points au ranking international.

"Début septembre, j’étais au Mexique et j’y ai atteint les quarts de finale après deux rencontres disputées en trois sets. Cette prestation m’a permis de gagner seize places au classement mondial, où je suis désormais 188e. J’ai encore du boulot, mais je progresse."

Étudiant en troisième année de Gestion d’entreprise, Julien partage sa vie entre son appartement, la semaine, à Anvers et le domicile de ses parents, le week-end, à Bruxelles.

"Jusqu’il y a trois ans, j’étais à la Topsportschool, à Wilrijk, où j’ai terminé mes secondaires avant d’entamer mes cours en supérieur. Sur le plan sportif, mon premier club de badminton fut le BC Dilbeek. J’émane donc toujours de l’aile néerlandophone, Bad Vlaanderen, et je m’entraîne à Aartselaar."

Sa passion, il la partage avec la famille.

"J’ai suivi mon père et mon frère, Nicolas, qui jouaient au Sippelberg. Et je me suis vite passionné pour ce sport. Oui, chez les Carraggi, le badminton, c’est familial !"