Le Fémina White Star compte 12 unités au compteur. L'équipe a perdu à huit reprises, mais elle n'a gagné que deux matchs cette saison et a surtout partagé l'enjeu à six reprises. Preuve que les joueuses d'Audrey Demoustier rivalisent avec leurs adversaires mais une tendance qui les empêche aussi de se situer plus haut que la 8e place au classement.

De partage, il en fut d'ailleurs encore question samedi dernier sur la pelouse d'Alost (1-1), une semaine après avoir concédé le nul face à OHL (1-1). Et pourtant, lors de ces deux matchs, les Woluwéennes avaient ouvert la marque. Encore plus rageant. "Nous nous étions déplacées à Alost pour la victoire et nous ne nous satisfaisons pas d'un point. Il faut reconnaître que nous n'avons pas joué un bon match et au final, on se retrouve avec un nouveau partage", regrettait Hazel Engelen, la gardienne du Fémina.

Une tendance au partage qu'il faudra inverser ce samedi face à Genk, une équipe que le White Star avait battu 0-2 à l'aller.

48 sur 48 pour un Anderlecht qui doit rester vigilant


Du côté d'Anderlecht, les Mauves comptent toujours le maximum de points avec un insolent 48 sur 48. Même si Patrick Wachel n'était pas pleinement satisfait de la prestation de ses filles lors de la victoire 1-4 à Genk, juste avant d'aller à Gand (3e) ce samedi. "C'est un moment de la saison où nous devons continuer à accumuler des points avant le début des playoffs et c'est ce que nous avons fait. Mais après la victoire du week-end dernier, j'ai directement dit aux filles qu'il faudra faire autre chose à Gand, au risque de vivre une véritable déception", concède le coach anderlechtois.