Le Crossing court toujours après son premier succès de la saison mais il devra encore attendre une journée supplémentaire puisque c’est un nouveau partage, le troisième de la saison, qui est venu sanctionner son déplacement du côté d’Aische.

Et pourtant, difficile de reprocher quelque chose aux Schaerbeekois qui ont montré de bonnes choses, ont affiché une bonne mentalité et ont clairement tout tenté pour revenir avec les trois points de leur déplacement en terres namuroises.

Mais quand les éléments sont contre vous, semaine après semaine, difficile de forcer le destin. Les joueurs de Philippe Wayenbergh se voyaient d’abord refuser un but pour une position hors-jeu. "Je suis sur la même ligne et pour moi il n’y a pas hors-jeu", glisse le T1 du Crossing.

Bryan Lokilo inquiétait à son tour la défense locale et puis la partie basculait dans les arrêts de jeu de la première période. Les esprits s’échauffaient et Nsingi était exclu pour un mauvais geste. En infériorité durant les 45 dernières minutes, les Schaerbeekois ont logiquement été moins présents en zone offensive. Mais pas pour autant des débats. À dix contre onze, les joueurs n’ont pas vraiment été mis en difficulté, le tout grâce à une belle solidarité collective et un état d’esprit qui ont fait plaisir à leur entraîneur. "Le collectif a été notre grande force de la première à la dernière minute. Malgré l’exclusion, nous n’avons pas eu l’impression d’avoir un joueur en moins. Je suis fier de mon groupe."

Le coach du Crossing se posait toutefois quelques questions quant à l’arbitrage envers son équipe depuis le début de la saison. "Comme le Kosova Schaerbeek l’a déjà vécu par le passé, on doit accepter que ce sera toujours compliqué pour le Crossing Schaerbeek en déplacement", concluait-il.