Ce dimanche, les jeunes du Racing White Woluwe ont défilé au stade Fallon, quelques minutes avant le match de l’équipe première. L’occasion de voir l’étendue d’une école des jeunes créée il y a un an et demi à peine et qui a déjà atteint sa capacité maximale de 350 jeunes. "Si nous n’étions pas arrivés à saturation au niveau de nos installations, nous aurions pu franchir la barre des 500 enfants. Nous avons une liste d’attente de 160 jeunes", affirme Jawad Daali, le président du Racing White Woluwe.

Toutes les catégories ont été dédoublées et une seconde équipe P3 a été créée. Un succès aussi rapide qu’inattendu. "Le nom historique et les installations parlent en notre faveur. Les personnes qui m’entourent font du bon boulot. Je pense à Jacky Severin notre directeur sportif ou Raymond Frère, notre CQ, pour ne citer qu’eux."

Mais la grande recette du succès woluwéen, c’est la qualité de la formation proposée aux jeunes. "Pour construire un club, il faut commencer par des fondations. Et ces fondations, c’est l’école des jeunes. Notre priorité est d’offrir une formation de qualité, dispensée par des entraîneurs diplômés, de quoi nous permettre d’envisager le label 2 étoiles, un an et demi après notre création. Je suis également un président continuellement présent sur les terrains, que ce soit aux entraînements ou lors des matchs. Autant d’éléments qui ont convaincu les parents de la qualité et du sérieux de notre projet."

Il y a aussi de véritables perspectives offertes aux jeunes. Pas question de les envoyer ailleurs lorsqu’ils sont en âge de rejoindre l’équipe première. "Nous avons créé une deuxième P3 composée de U19. Nous voulons offrir aux jeunes la possibilité de jouer chez eux, au stade Fallon et non de les prier de nous quitter après les U21. On veut montrer aux jeunes qu’ils sont chez eux au stade Fallon."

Faire monter la P3 fait également partie des futures. "D’ici 2-3 ans mais jamais au détriment de l’école des jeunes qui reste la priorité."