Mohamed El Marcouchi en rêvait, il l’a fait ! Près de trois ans après avoir perdu sa ceinture IBO Continental des super-légers un soir de décembre, dans des circonstances qui l’ont hanté pendant de nombreux mois, le Molenbeekois a récupéré son titre ce samedi en venant à bout de Brice Bula Galo.

Une victoire immédiatement suivie d’une très grande émotion lorsque le boxeur est resté un long moment au sol, savourant l’instant présent et voyant défiler devant lui des mois et des mois de sacrifices. “C’est une des plus grandes émotions de ma vie. Quand j’ai pris conscience de ma victoire, toute la souffrance, tous les sacrifices ont défilé devant mes yeux. La pression est retombée d’un coup car cette victoire représente tant de choses. C’est une belle revanche.”

Durant tout le combat, Mohamed El Marcouchi est resté focalisé sur son objectif, malgré la motivation et l’énergie de son adversaire. “Je savais que mon adversaire ne venait pas pour perdre et qu’il se battrait jusqu’à la fin. Dès le salut, au vu de l’énergie qu’il a mise, j’ai compris qu’il venait pour m’envoyer au tapis. J’ai dû gérer au mieux mon combat, je l’ai laissé se fatiguer durant les trois premiers rounds et puis je suis devenu de plus en plus agressif. Durant tout le combat, j’ai pensé à mon père, à ma famille, jusqu’à la délivrance finale.”

Ce succès il représente tant de choses pour le Molenbeekois. “Je jouais ma carrière sur ce combat. C’était gagner ou arrêter ma carrière. Aujourd’hui, je suis heureux de me dire que l’aventure continue.”

La ceinture IBO Continental à nouveau autour de sa taille, Mohamed El Marcouchi se tourne déjà vers l’avenir. “Je suis désormais dans le Top 180 mondial et le top 15 mondial IBO. J’aimerais atteindre le top 10 d’ici la fin de l’année et aller rapidement vers le titre mondial IBO.”

En attendant, il a savouré le retour de sa ceinture à la maison. “Ça fait du bien de dormir avec la ceinture à la maison. Ça fait deux ans qu’elle m’attendait. Elle est désormais à mes côtés, je vais en profiter avec ma femme et mes enfants, qui sont fiers de moi.”