Bruxelles

Nivellois et Schaerbeekois n’ont pas encore gagné la moindre rencontre en P1.

Ce dimanche, Nivelles et le FC Schaerbeek, deux des promus en P1, s’affrontent pour un véritable match à six points. Deux équipes qui n’ont pas encore connu le goût de la victoire dans cette série puisque les Nivellois ont concédé quatre partages pour deux défaites alors que les Schaerbeekois n’ont pris qu’une seule unité depuis le début de la saison. Analyse de ce début de saison en compagnie de Julien Darquenne et Koray Tavukcular.

Pas le début de saison rêvé

Julien Darquenne : "On montre de belles choses, nous n’avons perdu que deux fois mais ces quatre partages sont frustrants car il y avait à chaque fois la place pour l’emporter. Nous avons démontré que nous avons notre place dans cette P1, il faut désormais engranger."

Koray Tavukcular : "Nous sommes déçus car nous méritions plus de points. Tous nos adversaires le répètent, nous jouons bien mais nous ne sommes pas récompensés. Nous essayons de travailler beaucoup à l’entraînement et ça commence à porter ses fruits. Il faut désormais gommer les erreurs individuelles."

La différence entre P2 et P1

J. D. : "La notion de détail. En P2, on peut se permettre de faire une erreur de positionnement ou une mauvaise relance, sans le payer cash. En P1, ça se paie beaucoup plus cher. Un constat que l’on fait aussi bien défensivement qu’offensivement."

K. T. : "La grosse différence, elle se situe au niveau de la finition. En P2, il faut une dizaine d’occasions pour en mettre une au fond. Ici, il suffit d’une demi-occasion à nos adversaires pour marquer."

Un premier succès ce dimanche ?

J. D. : "C’est un match important, un peu plus que les autres. Un duel entre deux promus qui attendent leur première victoire. Ce sera animé mais il y aura aussi un peu d’appréhension. Vu la situation des deux équipes, aucune des deux n’a le droit de perdre."

K. T. "Pour les gens de l’extérieur, c’est un match à six points. De notre côté, nous essayons de l’aborder comme une rencontre normale afin d’éviter de se mettre une pression inutile. Nous irons là-bas pour gagner, comme nous le ferons lors des semaines suivantes."