Bruxelles Les Ganshorenois sont sur le point d’assurer leur maintien en D3 amateurs.

Lorsque Michel Delph a pris la succession de Serge Debacker en octobre, Ganshoren affichait un alarmant bilan de 2 sur 27. Aujourd’hui, l’équipe comptabilise 30 unités et est sur le point d’assurer son maintien à l’échelon national. Une victoire face à Stockel permettrait à l’équipe de faire un grand pas dans cette direction.

"Nous savons qu’une victoire serait pratiquement synonyme de maintien. Mais nous savons aussi que nous aurons en face de nous une équipe de Stockel qui ne nous fera pas de cadeaux. Leurs deux derniers résultats prouvent qu’ils ne sont pas morts. Il faudra tout donner, comme nous devrons le faire au cours de nos trois derniers matchs", précise Delph.

Parvenir à sauver Ganshoren, c’est un incroyable défi que l’entraîneur avait accepté de relever. Ils savaient que sa mission serait rude, mais il n’a jamais perdu espoir. "Peu imaginaient un tel scénario lorsque j’ai repris l’équipe. Mais si nous parvenons à nous maintenir en D3 amateurs, il faudra tirer un grand coup de chapeau aux joueurs qui n’ont jamais baissé les bras et sont restés motivés lors de chaque entraînement."

Et ce, malgré une saison marquée par les absences à répétition. "Je n’ai jamais pu aligner deux fois la même équipe."

Ce sera encore le cas ce week-end avec les suspensions de Kombi et De Tollenaere alors que De Reymaeker, De Troetsel, Berodes et Witpas restent indisponibles. Mais quoi qu’il en soit, Ganshoren a tout en main pour assurer son maintien. "Comme je l’ai dit à mes joueurs, le travail ne se finit que le 28 avril. Il faudra encore gagner deux matchs sur les trois derniers pour éviter toute mauvaise surprise."