Magny-Cours n’a jamais réussi à Ugo de Wilde et ça s’est encore confirmé ce week-end. Et ça a commencé dès les essais libres du jeudi.

"J’avais signalé un bruit anormal et d’étranges vibrations. Il y avait un souci au différentiel qui avait surchauffé et pour ne pas risquer d’endommager la boîte de vitesses, on m’a demandé de ne pas participer à la seconde séance", explique-t-il.

Malgré tout, Ugo signait le troisième chrono des qualifs et s’élançait le couteau entre les dents pour la course du vendredi. "Mon envol n’a pas été super mais Laurent Hurgon s’est mis dehors dans le premier droite et je me suis retrouvé isolé à la deuxième place au moment d’aborder le premier gros freinage à l’épingle d’Adélaïde. J’étais en train de virer normalement quand j’ai reçu un gros choc à l’arrière. Mon équipier Corentin Tierce s’est complètement loupé en freinant trop tard et dans la partie sale et m’a percuté tellement violemment que l’aileron arrière de mon casque s’est cassé."

Contraint à l’abandon dans cette première course, le Bruxellois voulait se racheter lors de la seconde où il signait à nouveau le troisième temps des qualifs. Sans succès. Pesé deux kilos sous le poids suite à une erreur de calcul, il se faisait disqualifier et devait donc s’élancer bon dernier de la deuxième course. Il entamait alors une spectaculaire remontée, le menant en sept tours de la 20e à la 6e place. Mais le sort s’acharnait. "J’allais passer mon équipier pour la 5e place quand mon différentiel a rendu l’âme… Il va falloir digérer pareille guigne, faire un sérieux débriefing avec le team et puis voir si on peut trouver des solutions pour être au départ de la prochaine manche, chez moi à Francorchamps où l’équipe et moi aurons une sacrée revanche à prendre."