Bruxelles

Une victoire pour quatre défaites : le début du championnat des Anderlechtois pourrait inquiéter ses dirigeants. Il n’en est rien.

"Ce n’est pas l’habitude de la maison de céder à la panique. On a un peu changé nos systèmes pour la dernière rencontre à Esneux. On essaye d’évoluer davantage avec les qualités de nos joueurs. Je crois que notre problème principal, c’est le manque d’efficacité en attaque", observe Michel Hecq.

Celui-ci ne peut que constater une statistique troublante : "Marquer 60 points par rencontre, c’est trop faible. En défense (NdlR : 79 encaissés de moyenne), on encaisse de trop alors que ce n’est qu’une question de volonté. Et puis il y a aussi notre faiblesse mentale dès lors qu’on a un passage à vide."

Le coach Laurent Monsieur rejoint l’analyse présidentielle et ajoute d’autres éléments. "Il y a eu des nouveaux joueurs à intégrer et la préparation a été tronquée. Madoki est revenu en août, Muhitu en septembre tandis qu’il a fallu œuvrer sans notre intérieur Bosse, blessé pour toute la saison. Un garçon comme Madoki dont le jeu est basé sur l’intensité a besoin de rythme."

Il y a aussi eu le calendrier. "On a gagné le match qu’il fallait à Comblain. Geel et Kontich vont squatter la tête du classement de la TDM2B tandis que Ninane est aussi une belle équipe. Notre début de championnat est logique si on tient compte de la qualité des adversaires."

L’heure n’est pas à la panique et le RPC ne songe pas à se renforcer. "On est encore en phase de rodage. On espère évidemment gagner ce week-end face à Willebroek pour nous rassurer. Plus que la manière, j’attends un résultat qui attesterait de notre progression, observe Monsieur. Le week-end bye a fait du bien début octobre et à Esneux samedi passé, on livre une rencontre aussi correcte qu’honorable en nous inclinant de 10 points."