Centre Le T1 manageois, Michel Errico, ne cache rien de ses ambitions et veut y croire.

En brûlant malencontreusement son joker face au FC Tournai, le CES Manage a hypothéqué ses chances de participation au tour final. Mais tout n’est pas perdu. Les Verriers peuvent encore réparer la casse mais cela implique obligatoirement un sans-faute.

Michel Errico, vous nous confirmez que Manage entend mettre tout en œuvre pour prolonger le printemps et accéder éventuellement à l’étage supérieur ?

"Je confirme. Après tous les efforts consentis durant cette saison, j’estime que ce serait navrant de ne pas envisager cette opportunité et donc, de ne pas continuer à nous investir pleinement jusqu’au bout de la phase classique. Ce serait en tout cas une belle récompense pour le groupe. Nous ne serions bien sûr pas encore au bout de nos peines, loin de là mais, je le répète, avoir de l’ambition est le moteur indispensable pour avancer et pourquoi pas se piquer au jeu ?"

Au cas où le rêve deviendrait réalité, le club aurait-il les épaules assez larges pour tenir son rang en D2 amateurs ?

"J’en suis persuadé. D’un point de vue sportif, celui qui me préoccupe, passer un palier serait très intéressant. Nos joueurs auraient une belle possibilité de s’aguerrir tout en consolidant ce qui a été patiemment mis en place. Il reste encore deux places à pourvoir dans le noyau. À nous de faire le choix le plus judicieux, quoi qu’il advienne. Une ascension ne mettrait de toute façon pas l’équilibre budgétaire en péril."

Mais avant, il faut signer un six sur six et donc revenir déjà vainqueur de Wavre…

"Ce sera tout sauf évident. Les Macas présentent un bilan intéressant à domicile et doivent assurer leur maintien. Ne prenons surtout pas le match-aller comme référence. Nous l’avions emporté 6-1 mais Wavre traversait alors une mauvaise passe."