Année particulière, édition particulière. C’est de cette manière que les organisateurs du Challenge du Hainaut ont mis sur pied l’édition 2021 de l’épreuve, après avoir dû annuler l’édition précédente en raison du Covid, avec les premières étapes disputées de manière virtuelle.

"Sur les sept courses du premier trimestre, six ont répondu présentes avec notre cahier des charges précis pour l’organisation virtuelle", lance Kevin Ataty. "Seul Haulchin a préféré ne pas se lancer là-dedans. Ce vendredi, on avait déjà enregistré 150 inscriptions. On est vraiment content. On avait tablé sur une centaine au départ en sachant qu’ils ont jusque dimanche, dix jours après, pour s’inscrire."


Une logistique différente

Initialement prévue le 24 janvier, la course inaugurale à Binche a été lancée ce vendredi matin… et les participants ont jusqu’au 7 février pour parcourir les 8,250 km.

Malgré l’expérience et les habitudes prises depuis des années, pour les organisateurs, il s’agit là d’une toute nouvelle logistique.

"S’il n’y a pas de ravito à organiser, il faut, pour les organisateurs, vérifier régulièrement le fléchage. On a aussi conseillé chaque course d’éviter les grands axes et d’offrir des accès voitures sur les côtés pour aller checker le fléchage", explique le Louviérois. "A Binche, ils ont finalement agrandi la boucle alors qu’au Roeulx, ils ont décidé de prévoir deux distances. Ca ne ressemble pas à l’ambiance d’une vraie course du Challenge mais c’est une sorte de mise en bouche avant de véritablement lâcher les chevaux quand ce sera possible. Ca reste un peu du ludique."


Un classement honorifique

Ce Challenge virtuel n’offre pas l’émulation d’un départ groupé où il faut parfois jouer des coudes pour se replacer. Mais il présente certains avantages. 

"Les coureurs peuvent le faire plusieurs fois, on tiendra compte du meilleur chrono via l’application Strava qu’on a conseillé à chacun d’installer ou via une photo de leur montre. A la fin, on établira un classement mais il sera honorifique comme nous n’aurons pas un chronométrage comme sur une course classique. Il y aura aussi une tombola des dossards quelques jours après la fin de chaque épreuve. Pour les organisations, comme nous demandons une participation de 5€, c’est l’occasion de recevoir quelque chose alors que depuis des mois, c’est compliqué."