Le BBC Brainois a aligné quatre succès en cinq matchs en 2020. Les playoffs sont envisagés, pas encore la montée.


Le président Willot reste les pieds sur terre. Le bon début d’année de sa R2 ne doit pas générer trop d’euphorie autour d’une éventuelle montée.

"Pour tout dire, on n’en a même pas encore discuté. Si le cas se présente, on avisera mais on ne bloquera pas l’équipe." Et pour cause, le groupe a déjà goûté les playoffs à plusieurs reprises : trois fois en quatre ans. Et le noyau n’a pas énormément bougé depuis le début. "On n’a eu qu’un renfort cette saison, par exemple, c’est Arthur Bastin. Et il s’est parfaitement intégré dans notre groupe , se réjouit Bénédict Willot. Donc arriver en première régionale serait l’aboutissement d’un long travail pour plusieurs éléments."

D’autant plus que cet exercice a réservé plusieurs surprises avec des blessures de pions importants. Il a fallu s’accrocher pour rester au contact des meilleurs. "Mais ce qui me fait plaisir, c’est de voir des petits jeunes du club se montrer de plus en plus avec la R2", s ouligne le président. Si l’équipe venait à monter d’un étage, il faudrait néanmoins veiller à rapidement faire évoluer le noyau B actuellement en P3 pour ne pas que le fossé soit trop grand entre les effectifs. "C’est en bonne voie, vu qu’on joue aussi les premiers rôles en provinciale."

Néanmoins, avant de penser à s’envoler en R1, il faut déjà assurer sa qualification. Et cela ne sera pas chose aisée, malgré le 4 sur 5 de ce début d’année. "On a quand même du mal face aux grosses équipes telles Waremme et Tilff. Donc même si on se qualifie pour les playoffs cela sera difficile de s’en sortir."

Face au top 4, les Brainois enregistrent en effet un bien maigre 1 sur 5. Et les défaites le sont toutes par plus de 15 points. Mais les playoffs de la saison passée ont prouvé que de belles surprises peuvent émerger, le Vieux Campinaire en est un témoin privilégié dans la région.