La Raal a enchaîné un quatrième match sans défaite mais sans véritable éclat.

Face à une équipe malade, la Raal a bénéficié d’un seul éclair dans la grisaille avec le but de Franco aux 16 mètres, alors qu’on sentait le petit format louviérois en manque de solutions.

"S’il n’avait pas tenté sa chance dans l’axe aux 16 mètres, il m’aurait eu sur le dos toute la semaine. Sa frappe était magnifique", sourit Frédéric Taquin qui n’a plus qu’un match de suspension à purger avant de retrouver le petit banc. "Samedi, comme je voyais que c’était poussif, je voulais les haranguer, leur insuffler cette énergie même si le staff sur le bord du terrain a fait son boulot. "

Des tribunes du Tivoli, l’entraîneur a lui aussi assisté à un petit match même si, dès les 20 premières minutes passées, on a senti une équipe locale en maîtrise face à un adversaire au très jeune visage.

"Je dirais que le plus important dans ce cas-là, c’est la nouvelle clean-sheet et les trois points. On reste sur quatre matchs sans défaite mais surtout en ayant affronté le gratin avec Rebecq, Durbuy et les Francs Borains tout en restant sur un 6/6 à la maison."

Pas aidé avec les suspensions de trois de ses quatre backs et l’absence de Lazitch, il a fallu trouver des solutions. "Gil Denayer a en plus été malade vendredi. Tous ces absents expliquent aussi la pauvreté du jeu. Ça a manqué d’automatismes clairement. En plus, on ajoute la blessure de notre capitaine sur le lancement de la 2e période (NdlR : on craignait 3-4 semaines d’absence) ."

Petit à petit, les Louviérois grapillent ce qu’ils ont laissé en ce début de saison. "On est sur le bon chemin, la voie de la guérison et ça passera par Namur et Couvin maintenant."