Icône de la Raal, Fred Tilmant ne voit pas d’objection à refiler le n°11 mais seulement à certaines conditions strictes.

Depuis le retour de la Raal sur les terrains belges, aucun des joueurs de Frédéric Taquin n’avait pu porter le n°11, celui de Frédéric Tilmant. Nouveauté cette saison, ce numéro a été attribué à Jordan Henri, qui le portait déjà à l’Olympic. Une succession que le jeune Louviérois devra assumer dans les pas du Binchois.

À deux exceptions près (à Courtrai et à Gueugnon), porter le maillot floqué du numéro 11 a toujours fait partie de l’ADN de footeux de Tilmant et encore aujourd’hui, son épouse, Nancy, l’inclut chaque semaine dans son bulletin Lotto.

Le n°11, il l’avait d’ailleurs déjà dans le dos lorsqu’il fit ses débuts en équipe fanion à 17 ans, avec Binche. "C’était à l’Olympic contre qui j’ai marqué après cinquante-deux secondes de jeu !"

Son talent précoce de buteur l’envoya ensuite à Courtrai : "Je n’étais qu’un jeune petit Binchou (sic) qui ne pouvait décemment rien revendiquer. Là-bas, j’ai hérité du n°18, ce qui ne m’a pas empêché de tromper la vigilance de Michel Preud’homme…"

Pour son premier séjour à la Raal (en 1991), il put récupérer son numéro fétiche : "Claudy Degrève le détenait à l’époque mais il me l’a volontiers refilé."

S’ensuivit alors la pige gueugnonnaise : "C’est Claude-Arnaud Rivenet qui en était le propriétaire. Je me suis contenté du n°6 mais à mon retour à la Raal, je me suis empressé de remettre la main dessus avec tout le bonheur que vous connaissez."

Ce n°11, qui fut auparavant l’apanage de Guy Dardenne (le premier Loup à devenir Diable Rouge), Fred ne verrait pas d’objection à ce qu’il soit de nouveau d’actualité mais à certaines conditions : "Voici quelque temps, Salvatore Curaba m’avait sollicité pour savoir si je ne voyais pas d’inconvénient à ce qu’un autre joueur reprenne le n°11 mais je n’ai toujours pas reçu de nouvelles de l’intéressé (NdlR : Jordan Henri). Ceci dit, c’est le club qui décide et je ne veux surtout pas soulever de polémique à ce propos. Mon point de vue est que le n°11, ça fait partie des clubmen comme Dante Brogno à Charleroi. Le n°11, j’estime qu’il se mérite et revient à quiconque ressent avoir du sang de Loup couler dans ses veines. À titre d’exemple, je l’aurais volontiers cédé à Johan Bombart. C’est dans cet esprit-là que je vois les choses", conclut Fred Tilmant qui rêve d’un match de gala entre la RUSB et la Raal à la rue du Cœur Dolent : "Ce sont mes deux clubs de cœur et ils sont indissociables !"