Lancé finalement de manière virtuelle cette année, le Challenge du Hainaut a trouvé 2.0 a trouvé ses adeptes et la formule proposée semble avoir trouvé son rythme de croisière.

"Ca se passe relativement bien. On a en général 400-500 inscriptions pour chaque épreuve, c’est vraiment bien", se félicite Kevin Ataty qui a repris le Challenge du Hainaut. "Quand on a sorti les cahiers des charges et qu’on a lancé la première épreuve, si on n’avait eu que 100 inscriptions, on aurait été content ! Alors là…"

Des parcours appréciés

Il a pourtant fallu adapter les règles en fonction des protocoles sanitaires. "On constate que les coureurs respectent les consignes et les mesures sanitaires, c’est bon signe. En outre, les organisateurs ont aussi dû revoir leur parcours pour renforcer la sécurité, pour éviter de traverser des nationales et permettre un balisage adapté et là aussi, c’est une réussite. Certains pensent même à reprendre ce parcours "covid" pour le Challenge normal."

Six courses ont déjà eu lieu (Binche deux fois, Besonrieux, Le Roeulx, Marcinelle et Anderlues) et tous les feux sont au vert pour une édition 2021 particulière mais réussie.

"On constate en regardant les classements que 80 % des coureurs sont les mêmes et les 20 % qui restent sont surtout des gens qui gravitent autour des organisateurs", continue le Louviérois. "Ca veut dire que les coureurs sont fidèles de courses en courses."

Des inscriptions variées

Les profils des participants sont variés même si des noms se révèlent alors que d’anciens gros bras de l’événement ont disparu. Du coup, certains se révèlent ou redécouvrent l’événement.

"On constate effectivement que ceux qui font le Challenge cette année sont plutôt les coureurs lambda des années précédentes. Peut-être que la formule offre moins de compétitivité à ceux qui jouaient la gagne les années passées. L’absence de podium ou de médailles est peut-être l’une des explications. Ce que l’on constate aussi c’est le retour d’anciens participants. C’est aussi positif."