Depuis ce 8 mai, les entraînements collectifs par groupes de 25 et avec contact, ainsi que les matchs amicaux sont à nouveau autorisés. Si de nombreux clubs ont décidé de reprendre le chemin des entraînements durant cette semaine ou au cours de la suivante, certains préfèrent tempérer et attendre l’été pour programmer une reprise. On a fait le point à la RAAL et aux Francs Borains.

Frédéric Taquin (RAAL) : "Aucun intérêt à reprendre maintenant"

Alors qu’il pense déjà à la saison prochaine en construisant un effectif lui permettant de jouer la tête de la D2 ACFF et en programmant la période de préparation, Frédéric Taquin ne compte pas réunir ses troupes ces prochains jours pour un entraînement si le Codeco offre de nouvelles perspectives ce 11 mai. "Ça ne m’intéresse pas de reprendre maintenant. Les gars ont effectué un test physique samedi à Tubize et ont reçu un programme individuel", explique le coach louviérois. "Sans match à la clé, organiser des entraînements maintenant ne permettra pas d’avoir autant d’intensité et ça ne m’intéresse pas. Et puis, mai, juin et juillet, la préparation va vraiment être trop longue."

Optimiste, l’entraîneur attend avec impatience le retour aux choses sérieuses. "Je ne vois pas ce qui pourrait empêcher un retour à un championnat et à la compétition de manière normale. La vaccination s’accélère, que pourrait empêcher le retour à la compétition ? Peut-être doit-on dans un premier temps limiter le monde en préparation comme la saison dernière. Je nous vois bien reprendre début septembre voire début octobre. Avec quatre mois de vaccination, ça devrait aller, ce serait réglé. Et puis à un moment, il faut libérer les gars !"

Dante Brogno (Francs Borains) : "Compliqué contractuellement"

Du côté des Francs Borains non plus, on ne reprendra pas le chemin des entraînements. On attendra même juillet. "Nous n’avons rien de prévu parce que je pense que de toute façon, contractuellement, cela pourrait être compliqué vu la situation des joueurs. Notre date de reprise est fixée au 19 juillet. Imaginez qu’on reprenne maintenant et qu’on stoppe à nouveau pour reprendre en juillet… Quel est l’intérêt d’autoriser ça maintenant ? Quel est le but ? L’objectif ? Les risques ? Avec cette situation, nous pourrions avoir des joueurs blessés dans 7-8 semaines lorsqu’on se retrouvera. Je crois qu’il n’y a de toute façon pas de bonnes solutions. Nous reprenons normalement mi-septembre", affirme Dante Brogno.

Tout en soulevant un point important. "Pourrons-nous reprendre ? Tout dépend de la vaccination et de l’évolution de la pandémie. Au fur et à mesure des mois, il y aura de plus en plus de vaccinés. Le risque sera beaucoup plus faible et il y aura plus de chances de retrouver une vie assez normale. J’y crois en tout cas à une nouvelle saison complète même si beaucoup de paramètres entrent en jeu mais la tendance a l’air d’aller dans le bon sens."