Le capitaine emblématique de la nouvelle Raal ne terminera pas sa carrière à La Louvière comme il l’avait tant rêvé.

A 32 ans, Michaël Jonckheere a en effet appris vendredi qu’il ne sera pas prolongé.

Contacté déjà depuis quelques semaines par plusieurs clubs, le papy du groupe de Frédéric Taquin a préféré prendre les devants.

"Je suis en fin de contrat, alors j’ai voulu savoir", commence-t-il. "Monsieur Curaba, que j’ai eu par téléphone confinement oblige, a alors joué la carte de l’honnêteté avec moi en m’annonçant que je ne faisais pas partie de ses plans pour la saison prochaine. J’irai donc rejoindre un autre club même si au départ ma priorité était de rester à La Louvière. Mais vu la situation que le foot connaît actuellement, le savoir maintenant, c’est peut-être une bonne chose pour moi."

Quelques jours après cette annonce, la déception est toujours bien présente.

D’autant que les championnats sont à l’arrêt depuis plusieurs semaines et et que les chances de le voir rejouer avec la vareuse de la Raal cette saison sont très minces.

"J’aurai pourtant tant aimé avoir mon match d’adieu mais ce n’est pas grave. Je ne peux pas me plaindre, vu les conditions, je sais pourquoi je pourrais ne pas l’avoir", confie-t-il avant de repenser à ces trois saisons. "Quand je suis arrivé, à 30 ans, je disais que je rêvais de terminer ma carrière à la Raal. Ce ne sera pas possible, à mon plus grand regret. Mais je quitte ce club en très bons termes. Et puis, si le club continue sa marche vers l’avant, peut-être aurais-je éprouvé des difficultés pour suivre le rythme en raison du boulot et de la famille. En D1 amateurs, je pense que j’aurai pu avoir ma place mais au-delà, cela serait devenu compliqué. J’aurai pourtant tant espéré que mon projet avec la Raal dure au moins cinq ans."

Où va-t-il jouer?

En trois saisons, le solide défenseur aura connu pas mal de bons souvenirs.

"La saison du titre évidemment en premier lieu", sourit-il. "Ensuite, cette saison fut un peu plus compliquée d’un point de vue personnel avec ma blessure en novembre et ma mise sur la touche forcée pendant de long mois. Le match contre la Real de début mars aurait peut-être été mon dernier. Mais ce que je retiendrai aussi ce sont les supporters. J’ai noué une belle relation avec eux, avec les Ultras."

A 32 ans, cet ancien joueur de Tubize, du Brussels, du White Star, de Waterloo ou du Léo ne compte pas encore ranger ses crampons définitivement au placard et entend enrichir son CV d’une belle ligne.

"Je ne veux pas encore arrêter. Je suis ambitieux, j’ai encore faim de football. Je veux encore gagner des titres."

Il essaiera de le faire avec son futur club. Sondé par plusieurs cercles de séries nationales, il n’a pas encore définitivement fait son choix quant à sa prochaine destination. "Mais prendre soin de mes proches en cette période de confinement est actuellement ma priorité."