Centre À 45 ans, Mark a joué avec Scott, son fils aîné, à Soignies.

Au RC Soignies, les Edmonds font partie des meubles. Le mouvement avait été initié par Mark et Peter, deux avants qui ont fait les joies de l’équipe première ensemble et qui, maintenant, mettent leur savoir au profit des jeunes.

Mais si Peter a définitivement rangé ses crampons, Mark est, lui, toujours bien disponible pour le club. On l’a croisé avec l’équipe 3 composée notamment d’anciens du club. Mais samedi, alors que les Seniors 2 des Verts affrontaient le Roc, on en a de nouveau croisé deux : Mark et son fils, Scott. Vingt-sept ans les séparent mais la même passion les anime.

"Pourtant, j’avais dit que cette fois, c’était la bonne, que je prenais ma retraite , souffle Mark. Mais vendredi soir, Boris Montoisy, l’entraîneur, m’a demandé si j’étais toujours en ordre de licence parce qu’ils manquaient de monde en première ligne. Sans entraînement dans les jambes, je n’ai pas pu dire non."

S’il n’a pas pu refuser, c’est aussi parce qu’il savait qu’il allait ainsi réaliser l’un de ses plus grands souhaits : jouer avec son fils, Scott, lequel est monté en séniors cette saison. À 18 ans, lui aussi est pilier droit et, durant un quart d’heure au moins, ils ont partagé ce moment rarissime de jouer ensemble avec ce maillot tellement spécial pour eux.

"Je reconnais que j’espérais un jour le faire. Je pense que j’ai joué 17 minutes mais ça m’a paru long. Au départ, quand j’en avais parlé avec Boris, je m’attendais plutôt à un match plus aisé comme l’équipe 2 d’Audenarde. Pas forcément le Roc. Même si balle en mains c’était compliqué, ça a été dans les zones de combat. Mais le sentiment de fierté était énorme aussi parce que dans cette équipe U23 on retrouvait sept joueurs que j’ai entraînés. Mais personne ne m’a charrié."

Malheureusement, la décision ayant été prise tardivement, la famille Edmonds n’a pas pu être au complet pour vivre ce moment unique. "C’est pour ça que je dois rééditer l’expérience , rigole Mark. Et pourquoi pas partager d’autres moments avec la famille, mais je veux juste être un joker de luxe, mais vraiment de luxe."

On risque toutefois de voir Mark avec le maillot sur les épaules encore quelques années. L’entraîneur des U16 du club a annoncé qu’il voulait partager ce moment avec Tommy, son cadet, 15 ans. Et puis avec Killian (18 ans) et Warenn (16 ans), fils de Peter. La famille Edmonds est bel et bien l’avenir du RC Soignies.

"Il tient encore la route"

Si Mark, le papa, était heureux de vivre ce moment, Scott a peut-être été plus étonné. “Comme je ne l’ai appris qu’un peu avant le match, j’ai été un peu surpris, étonné de le voir monter au jeu. C’était bizarre. Pourtant, je savais qu’il tenait la forme exprès pour jouer avec moi. À 45 ans, il tient toujours la route."

Pour l’occasion, et comme ils jouent tous les deux au même poste, Mark s’est mis à gauche, laissant le poste de pilier droit à son aîné. Si une certaine complicité les unit, pas question toutefois de donner des consignes au petit malgré toute l’expérience du paternel. “De toute façon, je lui avais bien dit qu’il n’avait rien à me dire, rigole Scott. Il m’a juste donné quelques petites indications durant le match mais pas plus.”

S’il aime taquiner son papa, Scott, international chez les jeunes qui n’a connu que le RC Soignies depuis onze ans, est conscient que c’était un moment unique dans une carrière. “Évidemment que je suis content d’avoir vécu ce moment vu son âge avancé. Et je suis certain qu’il va tout faire pour rester en forme pour, un jour, jouer avec Tommy. Je connais bien l’asticot.”