Centre Le joueur de la Raal préface le duel entre ses deux anciens clubs.

Ce soir, les Francs Borains disputeront à Durbuy un match important dans l’optique du tour final. Ces deux clubs, ce sont justement les deux derniers de Leandro Bailly avant qu’il ne signe, en janvier, à la Raal. Un contexte un peu spécial donc pour l’attaquant qui garde un souvenir différent de ces deux expériences.

"C’est en effet mitigé pour Durbuy même si on a fait une bonne première partie de saison. Mais dans les conditions de travail, c’était compliqué. Fort différent, c’est vrai, de ce que j’ai connu à Boussu ou maintenant à la Louvière."

Les souvenirs sont plus agréables dans le Borinage.

"Déjà parce que nous avions pu monter via le tour final en fin de saison. J’y ai vécu avec un très bon staff et avec un très bon groupe. Un groupe où il y avait des individualités mais qui jouait aussi bien ensemble. Pour être honnête, j’ai encore gardé des contacts avec plusieurs personnes là-bas. À Durbuy, pas du tout."

Pour cet affrontement , les paris sont ouverts.

"Qualitativement, les Borains sont plus forts mais personne n’aura jamais facile à Durbuy (qui doit en plus laver l’affront de l’aller). Le RFB semble retomber dans ses travers de la saison passée avec de gros matchs contre les ténors et des points perdus face aux équipes de bas de classement. Mais n’oublions quand même pas que c’est une équipe qui monte… Durbuy n’a pas demandé sa licence pour la D1 amateurs et peut-être que cette équipe jouera avec moins de pression, sachant que les Francs Borains ne cachent pas leurs ambitions."

Il y a huit jours, la Raal aurait sans doute espéré plus encore une victoire des Luxembourgeois dans l’optique du tour final.

"Il reste sept matchs et c’est encore long. Mais la première chose à faire, c’est de nous regarder dans la glace et prendre le plus de points possible. Après seulement, on pourra regarder les autres."