Samedi à Flobecq, Thomas Anong n’a pas manqué ses débuts dans le monde des pros. Sur le ring, en face de lui, Anthony Marco qui lui a donné du fil à retordre mais c’est un combat qui lui a au final souri.

Le Louviérois décrochait là sa première victoire pour son premier combat pro. "Le combat s’est plutôt bien passé mais ce n’était pas très facile", se souvient le Louviérois. "Mon staff a préféré un adversaire avec un peu d’expérience. On avait d’ailleurs axé la préparation sur cet aspect car en fonction du boxeur, il faut y aller différemment. Il avançait beaucoup, j’ai dû réagir."

À 22 ans, cet éléctromécanicien espère voir sa jeune carrière lancée. Arrivé dans le giron de Douglas Bellini y a moins de cinq ans, il a fait son trou jusqu’à se hisser sur les rings. "Au départ, je faisais de la boxe seul dans mon coin car j’ai toujours aimé les sports de combat et un jour, j’ai ouvert la porte de Douglas Bellini qui m’a tout de suite testé face à l’un de ses poulains." On connait la suite.

Cette victoire en poche, il se préparera pour le prochain rendez-vous fin mai. S’il est pour l’instant dans une phase de récupération, "même si je reste actif en reprenant petit à petit", il se projette déjà sur le prochain ring. Et rien de mieux que de se souvenir du dernier match. "Je suis un style complet qui se situe entre l’offensif et le défensif. Mais j’ai encore beaucoup de choses à apprendre et le combat à Flobecq va m’aider à progresser. J’ai pu le constater et puis je peux compter sur Douglas pour m’aider. Il m’apprend beaucoup."

Ce poids mi-lourd ne tire pas de plans sur la comète. Il veut juste progresser et faire son trou dans le milieu de la boxe.

"D’abord, il faut enchainer les combats pour confirmer cette première victoire", clame-t-il. "Ensuite, grâce à ces combats, je dois emmagasiner de l’expérience pour après, aller chercher des titres. Ça commence d’abord par un titre national et puis on verra. Mais mon rêve, ce serait d’aller le plus haut possible." Et pour ça, il pourrait s’inspirer de boxeurs à la carrière internationale. "Je n’ai pas forcément de boxeurs préférés mais je peux m’inspirer de Joshua, Mayweather… par exemple. Pas pour leur technique mais pour leur carrière, leur parcours."