Il y avait une petite pointe de déception, dans sa voix, à l’arrivée. Zélie Graux espérait faire un peu mieux, à Namur, sur la manche de la Coupe du Monde des dames juniores. Mais la Binchoise était aussi heureuse d’avoir vécu cette expérience unique, face aux meilleures filles de 17 et 18 ans de la discipline. "Je ne me suis pas montrée autant que je le voulais", explique-t-elle. Je me fait prendre un tour, ce qui n’était pas le but. Cela montre que je dois encore bosser plus, mais cela a été une superbe expérience."

Elle s’est classée quarantième de cette épreuve dominée par la Britannique Zoé Backstedt, la fille de Magnus, l’ancien vainqueur de Paris-Roubaix. "Mais ce n’était pas le parcours parfait pour moi", poursuit Zélie Graux. "Ce tracé est vraiment difficile. Je pense avoir été bonne sur les quelques parties plates, celles qui me convenaient mieux. Mais c’était énorme d’être au départ, avec le maillot de l’équipe national. Il y avait énormément de monde, j’ai été super bien encouragée."