Près de 1300 participants, l'Indus'Trail, une course à part qui ne connaît pas la crise

La 6e édition du rendez-vous sportif au coeur du site du Rockerill à Marchienne-au-Pont a à nouveau drainé la grande foule jeudi soir.

T. H.

Rares sont les organisateurs à avoir le sourire actuellement. Luc Bouvier, au lendemain de l'Indus'Trail, en fait partie. Son épreuve, au coeur du site du Rockerill à Marchienne-au-Pont, a confirmé son statut d'ovni dans le calendrier running.

Dans une ambiance afterwork, les coureurs ont répondu présent. Avec 1273 partants, ils étaient plus qu'en 2021, année de reprise post-Covid. Et à peine un peu moins (1490) que lors d'une année 2019 où la course à pied en compétition a sans doute atteint le pic de sa popularité. Une popularité quasi aussi importante que les Dix Miles de Charleroi (1436 participants cette année), eux aussi organisés par Charleroi Running en mars.

Pourtant, rien n'était gagné d'avance. La chaleur, écrasante, de cette semaine en a repoussé certains. La polémique autour du ravitaillement, et la communication de Charleroi Running maladroite qui s'en est suivie, a failli virer au bad buzz. Mais la barque Indus'Trail a tenu bon, son ambiance et son tracé particuliers dans un décor lui aussi pour le moins inhabituel ayant convaincu son public.

Deux distances étaient au menu, comme lors des précédentes éditions. Sur le plus populaire 11 km, c'est Daniel Fagi, cet Erythréen ayant fui son pays et habitant aujourd'hui à Uccle, qui s'est imposé, se permettant de laisser le solide Romain Paul à plus d'une minute. Du côté féminin, la victoire est revenu à Jennifer Mahin.

Sur le 5 km, on eut droit à un vrai duel à l'avance du premier nommé entre Karl Fayt (17.32) et Sébastien Mahia (17.35), qui vient de faire la promesse de travailler la qualité plutôt que la quantité dans la foulée de son 400e succès sur le Jogging de Heppignies. Chez les dames, Deborah Deroover l'a emporté en 22.36.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be