Pour celui qui dirigea l’Ecole des Jeunes de Gosselies jusqu’en 2018, la lourde défaite (5-1) lui aura déjà permis de mieux cerner l’ampleur du chantier qui l’attend dès ce lundi.

"Quand les choses vont mal, il est très compliqué de s’extirper de cette spirale négative mais nous allons tous nous serrer les coudes pour redresser la barre au plus vite car il y a urgence. Quand les résultats ne suivent pas, il y a fatalement un manque flagrant de sérénité et de confiance qui mine les prestations et à cela s’ajoute la frustration qui se traduit par des cartons de toutes les couleurs. Du travail, il va donc y en avoir mais de la qualité, le groupe en recèle assurément. Je n’ai d’ailleurs pas vu une équipe archi-malade (sic) mais elle a besoin de retrouver les bons repères. De toute manière, on ne peut que s’améliorer sans pour autant tout révolutionner" conclut-il.