Dans le milieu du futsal, Cesur Akkulak est un personnage atypique. Partout où il est passé, il a toujours fait de l’excellent travail. Il est surtout connu pour ses succès avec le Celtic Châtelineau. Mais, au terme de la saison dernière, le coach n’avait plus de défi. Il a dès lors accepté de rejoindre Lodelinsart pour s’occuper… des jeunes. Quelques mois plus tard, il est désormais à la tête de l’équipe première. Entretien.

Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

"Je suis heureux de retrouver une place en équipe première. Cela m’a manqué. Je vis pour le futsal, c’est ma passion. Quand le club m’a proposé le poste, je ne pouvais pas refuser."

Pourquoi cette proposition ?

"L’équipe a essuyé quelques revers importants. Il fallait du changement pour ne pas sombrer. Le président La Rocca me connaît. Il sait que je vais m’investir à 100% pour aider l’équipe."

Le premier match fut positif.

"On défiait Anvers. Je n’ai eu que quelques jours pour préparer la rencontre. C’est le club qui a pris le meilleur sur Hamme et Auvelais, les deux prétendants au titre. L’équipe a respecté ma ligne de conduite. Elle a même loupé le but du K.-O. Mais, au final, c’est un bon point de pris."

Que pensez-vous du groupe ?

"J’ai la chance d’avoir de vrais joueurs de futsal. Ce sont tous des gamins qui ont pu suivre la formation de Luiz Medina, à la belle époque de la discipline. Tactiquement, ils sont tous au point et ils savent respecter un schéma. On doit simplement trouver plus d’efficacité, devant. Cela me fait du bien de me retrouver dans un tel groupe. De plus, on a eu la chance de pouvoir compter sur le concours de Can Kilic."

Que pensez-vous de la Garenne ?

"Alors, ma salle, c’est Châtelineau. J’aime le chaudron. Mais, sincèrement, la Garenne, c’est impressionnant. Du banc, vous avez une vue qui donne des ailes. On se sent dans la cour des grands."

Quelle est votre ambition ?

"Je pense que l’on peut terminer dans le top 5. À terme, Zakaria et le président souhaitent rejoindre l’élite. C’est une belle motivation pour un club qui se professionnalise."