A l'arrivée de la Corrida de Chimay vendredi soir des visages marqués par l'effort mais aussi des sourires, beaucoup de sourires... 

Après tant de courses virtuelles, qui ont certes rencontré un certain succès au plus fort de la crise sanitaire mais qui ont lassé au fil du temps, les runners ont en effet pu reprendre part à une course normale, comme avant, avec des départs groupés : un 5 km à 19h00 et un 10 km à 20h00. 

"Nous avons veillé à respecter le protocole en vigueur, que ce soit pour la Corrida en elle-même ou pour le service au bar et la petite restauration, précise Didier Bry, le directeur de l'Athénée Royal qui organisait la manifestation. Nos professeurs, nos éducateurs et nos élèves, dont certains officiaient comme signaleurs, se sont mobilisés avec enthousiasme pour faire de cette première course normale dans la région un beau succès."

Ils étaient 200 à avoir pris part à la course, 3e manche du challenge Guérit mais la première non-virtuelle. 

"Quel plaisir de revoir les gens, de remettre un dossard et de retrouver un peloton !, s'exclamait ainsi le régional de l'étape, Nicolas Baïolet, deuxième de la longue distance derrière le Français Clément Lhotellerie. Pour ma part, cela faisait un an et trois mois.. C'était long ! Une belle remise en action qui fait plaisir. On a désormais hâte de se voir profiler les prochaines épreuves !"

Gagnante de cette même longue distance chez les féminines, Karen Hamoir était tout aussi radieuse. "Enfin une course comme avant ! J'avoue que cela m'a beaucoup manqué et j'avais presque oublié ces sensations de course. Cela a fait du bien de recourir 10 km en mode compétition. De chouettes moments de partage aussi bien avec mes proches qui m'encouragent qu'avec les autres participants !"