Après un zéro sur douze, l'entraîneur a été remercié. Pourtant, les Gosseliens semblaient évoluer et avoir une belle marge de progression. Mais ce départ manqué a eu raison de l'ancien joueur du Sporting de Charleroi. "Il y a aussi eu un incident dans le vestiaire samedi soir", explique le président. "C'est la goutte qui a fait déborder le vase. Le bilan n'est pas bon. Dans ces cas-là, c'est souvent l'entraîneur qui en paie les pots cassés. Mais le groupe et moi-même avons aussi nos responsabilités."

Avec un tel noyau, Gosselies s'attendait à un meilleur départ. "Je ne peux pas laisser la situation s'empirer. Le retard est déjà conséquent dans une division difficile. Je m'attendais à beaucoup mieux. Il est déjà grand temps de réagir. Les autres équipes ne vont pas nous attendre."

Le président compte prendre le temps de ma réflexion même si la situation est urgente. "J'ai un staff de Gosselies en place. Je lui fais confiance. Benjamin Michaux va assurer l'intérim. Je vais étudier les possibilités pour ne pas me tromper. Le temps ne joue pas en notre faveur."

Certains supporters rêvent de voir revenir Fabrice Focant qui a fait les belles heures des Casseroles dans un passé récent. "Je sais et il serait un candidat idéal. Maintenant, on a écrit de si belles pages ensemble que je ne voudrais pas tout gâcher avec une situation trop compliquée. Cela mérite réflexion. J'ai besoin d'un peu de temps."

Au moment d'écrire ces lignes, il n'était pas possible de joindre Olivier Suray.