Charleroi Dario Spitaels a changé, c’est lui-même qui l’affirme.

Certains l’adorent, d’autres moins. Pourtant, Dario Spitaels fait partie des joueurs attachants. Un sacré caractère et un véritable chien affamé sur le terrain. Il ne lâche rien. Sans quelques sorties de route, il aurait même pu rêver d’une plus belle carrière. Malgré tout, il n’a pas à rougir de son parcours footballistique. Aujourd’hui à Gilly, la terreur est plus sage, plus mature. Entretien.

Dario Spitales, que faites-vous chez les Gayolles ?

"J’étais en quête d’un nouveau défi. Je voulais retrouver ma région. Dans le journal, j’ai appris, durant la trêve estivale, que Gilly était à la recherche de joueurs. J’ai proposé ma candidature à l’entraîneur qui s’est rapidement montré intéressé par mon profil."


Les Carolos vous ont quitté sur votre aventure au RCCF…

"Après la fin du club, j’ai été contacté par Olivier Suray. Il me voulait à Braine, en P1. Il aimait mon profil. J’ai accepté sa proposition. Je ne l’ai pas regretté. Durant deux saisons, on a joué le titre. La première année, j’ai rejoint la D3 amateurs. La seconde, on a loupé le titre, à la différence de buts. C’était assez rageant."


Le Brabant vous plaisait ?

"La vérité ? C’est mieux que Charleroi. La mentalité y est meilleure. Cela m’a fait le plus grand bien. J’aurais d’ailleurs aimé poursuivre de ce côté-là."


Pourquoi ne pas l’avoir fait ?

"J’ai ma fierté. Je ne suis pas du genre à me vendre. J’attends souvent que l’on me téléphone."


Vous semblez être plus posé, plus calme ?

"J’ai bientôt 29 ans. C’est terminé les conneries. J’essaye de faire attention. Je ne dis pas que je ne m’énerve plus. Mais depuis Braine, j’ai changé. Je suis plus mature sur un terrain. Je ne cours plus partout, après le ballon. Je dose mes efforts et je canalise mon énergie."


À Gilly, vous êtes sans doute l’un des joueurs les plus expérimentés. Vous avez même reçu le brassard de capitaine.

"Serge Lukalu a décidé de me faire confiance. Je l’en remercie. J’essaye de guider le groupe. J’avais déjà obtenu le brassard au RCCF. Mais une exclusion et dix matchs de suspension plus tard m’en ont privé…"


Que pensez-vous de vos nouvelles couleurs ?

"Ce sera difficile cette saison. C’est un nouveau groupe. Mais il y a de la qualité et surtout un excellent entraîneur. Il sait parler, il sait motiver. Il connaît le football. Après nos deux défaites, il voulait les trois points. Il a adapté sa tactique. Tout ce qu’il a expliqué à la théorie s’est produit en match. C’est à nous de bosser dur pour aller chercher un maximum de points."