Charleroi

L’Olympic a craqué dans la 7e minute d’arrêts de jeu d’un match au terme duquel, les esprits se sont chauffés en tribunes. 

Les supporters du Lierse ont sans doute aidé leur équipe. Mais à quel prix ? Celui des chants racistes, notamment… Les Lierrois ont gagné du temps. Après un troisième corner, malgré sept minutes d’arrêts de jeu, ils ont trouvé le moyen d’égaliser. Un but qui a dégoûté l’Olympic. "C’est vraiment dommage, explique Valentin Lamort. To ute l’équipe est dégoûtée. Cette victoire, on la méritait. Au lieu de cela, on se retrouve avec un petit p oint. J’en suis malade…"

À la 75e, Charleroi pensait avoir fait le plus dur. Lamort ponctuait d’une superbe reprise de la tête, un coup franc joué rapidement entre Castellana et Thibaut. "Le début de rencontre fut difficile, lance Alex Czerniatynski, l’entraîneur. Cette équipe du Lierse n’est pas à sa place au classement. Malgré tout, mon équipe a tenu le coup en première période. Au retour des vestiaires, elle était mieux. Elle a multiplié les beaux mouvements. Ce but est tombé au meilleur des moments. Malheureusement, les Lierrois ont pu compter sur leur public. Amine Jiyar s’est fait découper devant le banc de touche adverse. Some s’est mangé des cris racistes. L’arbitre a donné plus de six minutes d’arrêts de jeu, avec trois corners… Je n’ai jamais vu ça. Tant pis, on va se contenter d’un point."

La fin de match fut houleuse. Il y a même eu des échanges musclés dans la tribune principale. Un spectacle qui n’a pas sa place le long d’un terrain de football. 

>>> Les images de ces échanges musclés en tribunes.