Si le sigle CST a, depuis le covid, pris une autre signification, il désignait auparavant pour les sportifs de Chimay, Beaumont et Thuin, l’association formée par Corentin Draux, Sylvain Bultot et Tom Fosseur, le CST Run, organisatrice de divers événements. Et notamment du run-bike de Rance dont une nouvelle édition a eu lieu dimanche. Cette 3e manche du challenge de Cerfontaine est l’une des deux seules, avec celle d’Erpion annoncée pour le 6 mars, à se dérouler en matinée.

Après les duos Evrats/Pollet et Pierson/Somme à Cerfontaine, Goethals/Mantia et Pochet/Bailly à Baileux, ce sont deux nouvelles paires qui se sont imposées. Et même deux nouvelles associations !

Sur le 16 km, François Dupont et Julien Legrain se sont arrachés pour décrocher la victoire. "C’était chaud de bout en bout avec le duo qui nous suit au classement, racontent-ils. Nous avons été derrière puis devant, puis à nouveau derrière à proximité de l’arrivée… Il a fallu cravacher pour terminer à la première place."

Avec toute son expérience, François a donné l’impulsion à pied. "J’ai dit à Julien qu’on pouvait recoller. C’était difficile car il fallait faire attention aux attardés de la courte distance mais c’était jouable. J’ai utilisé ma pointe de vitesse dans les 500 derniers mètres."

Ce qui leur a permis de décrocher, déjà, une première victoire ensemble. "C’est Julien qui m’a demandé d’être son équipier. Je l’ai entraîné durant tout un temps, on se connaît donc parfaitement. Mon partenaire habituel Pierre Brogniet n’étant pas libre, je cherchais justement quelqu’un car je voulais à tout prix participer à ce run-bike vu les relations que j’entretiens avec Corentin : je suis le parrain de sa fille et il est parrain de la mienne !"

Une bonne séance de fractionnés

Authentiques références de la course à pied, Geoffrey Marrion et Benjamin Barbier, vainqueurs sur le 8 km, se sont trouvé une belle complicité en run-bike. "Cela fait plusieurs années qu’on se dit qu’on doit en faire un ensemble ! Mais les agendas de l’un et l’autre, des périodes de méforme ou des blessures nous en ont toujours empêchés !"

Jusqu’à ce dimanche donc. "Et c’était comme si on avait fait ça toute notre vie. Nous avons basé nos transitions sur le coureur : quand celui-ci était dans le rouge, l’autre prenait la relève."

Et comme Geoffrey a davantage de rythme que Benjamin qui se remet doucement dans le bain des compétitions, c’est lui qui refaisait la différence à pied lorsqu’ils sentaient que les équipes derrière se rapprochaient. "Nous nous entraînons ensemble au Black&Bike Racing Team pour préparer la saison de triathlon. Un run-bike, cela remplace une bonne séance de fractionnés !"

Une édition record

Cette 6e édition du run-bike de Rance a rassemblé 184 équipes, soit plus que lors des deux premières manches du challenge de Cerfontaine.