Charleroi La fusion entre Châtelet et Olympic est actée et la structure est dessinée.

L’année prochaine, les Loups et les Dogues évolueront main dans la main en D1 amateurs. Après une entrevue en fin d’après-midi, les présidents de l’Olympic et de Châtelet ont trouvé un accord définitif.

"La fusion est faite à 100 %", lance Patrick Rémy pour résumer la situation entre les deux parties. "On doit désormais ficeler notre dossier pour l’union belge. On devra montrer patte blanche pour le 15 avril prochain."

La prochaine étape sera donc de créer la société anonyme de cette nouvelle structure. "On conservera le matricule 246. Celui de Châtelet va disparaître. On évoluera à la Neuville."

La deuxième équipe - composée des meilleurs jeunes - s’alignera en P1. Elle jouera à la rue des Sablières. "On a reçu l’accord de la Ville. Les équipes de jeunes seront également à Farciennes et les espoirs évolueront au stade du Marais."

En ce qui concerne la structure, Patrick Rémy en prendra la tête. "Je suis le président. Adem Sahin devient le manager sportif."

"Je serai toujours présent et je compte faire du bon travail, précise Adem Sahin. Je suis content de cette issue. On a joué la carte de la transparence."

En ce qui concerne les dettes, les deux parties ne rentrent pas dans les détails. Mais elles feront le nécessaire. C’est une obligation vu que l’Olympic de Charleroi est une SNC. C’est le dernier écueil de cette fusion.

Dans cette nouvelle mouture, le nom de l’Olympic de Charleroi sera conservé.

Désormais, les écoles des jeunes et les structures administratives préparent la transition. Bernard Gaspard sera le responsable du futur grand centre de formation qui comptera des centaines d’enfants. Il rencontrera les parents des joueurs à Marchienne le 12 avril prochain.