Marvin Ghislandi est pourtant prêt à troquer un trophée individuel contre un titre collectif

Il représente sans aucun doute l’avenir du futsal belge. Depuis bientôt quatre ans, après quelques grosses prestations avec Mouscron, Marvin Ghislandi est devenu l’un des meilleurs joueurs de l’élite. S’il est encore jeune, l’international belge a de l’ambition. Il évoque ses envies et le renouveau de Charleroi dans un long entretien.

Marvin Ghislandi, comment avez-vous vécu la large victoire face à Gooik ?

"Ce fut une belle récompense pour tout le groupe. Ce match, il a été parfaitement maîtrisé, surtout défensivement."

Cela change la donne ?

"On a eu la confirmation d’être de véritables candidats au titre. D’ailleurs, le groupe s’est fixé un objectif personnel. Il ne veut pas perdre le moindre point cette saison."

D’un point de vue personnel, vous étiez très en verve.

"Tout a changé avec l’arrivée de Zico. Je me sens plus fort techniquement, tactiquement et physiquement. L’entraîneur me parle. Il me met en confiance."

Vous avez une certaine pression sur les épaules…

"Avec les deux titres de meilleur espoir ? J’espère pouvoir en décrocher un troisième. Je n’ai que 20 ans. Mon rêve ? Pouvoir bientôt figurer dans le top 20 ou le top 10 du Soulier d’or, avec l’espoir d’un jour l’obtenir. C’est le Graal pour un joueur de futsal. Par contre, je veux bien échanger tous les trophées individuels contre un titre avec le Futsal Team. J’en rêve. Rien que de l’évoquer, j’en ai des étoiles dans les yeux, avec la possibilité de disputer la ligue des champions. Mais la saison est encore très longue."

Un mot sur l’équipe nationale et votre élimination ?

"Je suis content d’avoir reçu la confiance du sélectionneur. Le groupe peut avoir des regrets. Il avait les capacités pour franchir l’étape des qualifications. C’est vraiment dommage."

Ce soir, il faudra éviter le piège d’Hasselt ?

"Après la victoire contre Gooik, on est déjà focus sur la suite du championnat. Il n’y aura pas un seul match facile."
 
© D.R.