Le milieu de terrain est indispensable au club de Gosselies

Thomas Soudant, ou Hafid Ifkiren c'est selon, est l’une des pièces maîtresses du jeu de Gosselies. Découverte d’un gars simple qui prend du plaisir à l’échelon national. À 33 ans, l’homme espère que son corps va tenir le coup afin d’aider les Casseroles à atteindre leur objectif. Entretien.

On dit Thomas Soudant ou Hafid Ifkiren ?

"Les deux. Je ne veux pas m’attarder là-dessus. Ce sont des choix religieux qui ne concernent pas le football. Chacun peut m’appeler comme il le souhaite. Certains de mes coéquipiers ne savaient même pas que mon nom était Thomas Soudant."

Qu’importe le nom, vous réalisez un superbe début de saison.

"Je suis assez content. J’insiste sur cela, mais c’est grâce à Fabrice Focant, notre entraîneur. Il donne des conseils. Il a souvent raison. Je suis heureux de pouvoir évoluer dans ce groupe."

C’est votre troisième saison. Quel est votre parcours ?

"Je suis arrivé en Belgique à 12 ans. J’ai suivi ma maman. Je suis un vrai Carolo, attention. J’ai joué à Lodelinsart et à Gosselies, chez les jeunes. En équipe première, j’ai tout connu, de la P4 à la P1. Je suis notamment passé par Roux et Trazegnies."

À 33 ans, vous voilà en D3 amateurs ?

"C’est dingue. Je profite. Je prends du plaisir. J’espère vraiment que mon corps va tenir le coup, afin de pouvoir confirmer la saison prochaine. Je ressens une certaine fatigue. Mais je suis si bien dans cette division."

Vous formez un duo incroyable, au cœur du milieu de terrain, avec Loïc Noël.

"Lui, c’est un formidable joueur de football. Moi, je suis en 6. Lui, il charbonne tout le temps. Il se bat sur chaque ballon. Il est intelligent. C’est un travailleur de l’ombre. Mais il est vraiment précieux pour l’équipe."

Que pensez-vous de cette première partie de saison de Gosselies ?

"Je sais que tout le monde va dire qu’elle est bonne. C’est vrai. Mais si je dois être honnête, je pense que l’on pourrait compter au moins cinq points de plus. Gosselies est à sa place dans cette division. J’adore l’échelon national. Pour la première fois, je me sens comme un vrai joueur de football."