Comme tout le monde ou presque, la Charleroi Hockey Academy a dû se réinviter pour poursuivre ses activités, en cette période particulière. Fondée par des membres du club des Wolves et des Red Roosters, ce projet permet aux jeunes des deux clubs de se retrouver et de parfaire ensemble leur technique, à travers des activités et autres tournois.

"Habituellement, on a la chance de pouvoir participer à de belles compétitions à l'étranger", explique Thierry Leenders, le président. "Malheureusement, avec la pandémie, on a dû changer notre fusil d'épaule. Mais la jeunesse s'organise pour pouvoir poursuivre ce beau projet. On a notamment effectué une belle sortie sur le RAVel, en roller, pour l'ensemble des membres."

C'est sur les anciens terrains de tennis du site de l'Arc-en-Ciel à Jumet que ces jeunes filles et jeunes garçons se rassemblent chaque week-end.

"Nous travaillons par groupes, afin de respecter au mieux les mesures", lance Edouard Dumonceau, l'entraîneur des U19. "Par exemple, aujourd'hui, on a divers ateliers. Les jeunes y participent par équipe de deux, trois ou quatre. Ils tournent, toutes les dix minutes. C'est un moyen de garder la forme, malgré la situation."

Réunis autour d'une passion commune

Avec masques et distances sociales, tout ce petit monde tente de poursuivre sa passion.

"Ce n'est évident pour personne. Mais ce projet est sympa. Nos avons des jeunes issus de la glace et d'autres du parquet. Ils peuvent échanger et apprendre respectivement les uns des autres. Le hockey et le patin sont leurs passions communes."

L'ASBL est ouverte au plus grand nombre. "Si des jeunes de Mons, Beaumont ou ailleurs veulent nous rejoindre, ils sont les bienvenus", lance d'ailleurs Thierry Leenders. "Le but est de faire évoluer positivement le hockey dans notre pays."

Et même si la surface en béton de Jumet n'est pas la plus pratique, elle permet la poursuite de certaines activités. "J'essaye d'adapter mes entraînements", souligne Edouard Dumonceau. "C'est bien aussi de se réinventer. Je pense ques les jeunes accrochent. C'est le plus important. Mais au moins ils peuvent bouger, tâter de la crosse et du palet."